Le gouvernement ne veut finalement pas renoncer à la réalisation du port en eau profonde d’El Hamdania, un des projets emblématiques du quatrième mandat de Abdelaziz Bouteflika, comme rapporté par plusieurs médias. C’est le ministre des Transports, Abdelghani Zaalane, qui l’a affirmé à partir de Tipaza où il était en déplacement.

«Le Premier ministre a mis l’accent, lors de la présentation du plan  d’action du gouvernement devant le Parlement, sur l’attachement des  autorités publiques à la réalisation de ce projet économique, stratégique et vital pour la région de la Méditerranée», a précisé le ministre dans une déclaration à l’APS.

En vertu d’un protocole d’entente conclu le 17 janvier 2016, le port sera construit par une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et de deux compagnies chinoises, CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour engineering company). Le projet devrait coûter la somme astronomique de 3,3 milliards de dollars. Il sera financé par un crédit chinois échelonné sur sept ans.

Des informations, démenties par la suite, ont indiqué que les Chinois ont renoncé à concéder un prêt à l’Algérie.

Par ailleurs, la réalisation de ce projet continue de susciter des réserves des associations de protection de l’environnement. Le futur port sera situé, en effet, dans une zone boisée.

Rania Aghiles