Il ne manquait plus que cela! Les imams, payés avec l’argent du contribuable, se joignent aux donneurs de leçons et réclament « une police des mœurs » pour imposer la pudeur sur les plages.

Dans une déclaration au quotidien arabophone Echorouk, le coordinateur des imams et des fonctionnaires du ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, Djelloul Adjimi, appelle à la mise en place d’une « police des mœurs » pour mettre fin, selon lui, « au harcèlement sexuel » provoqué par « des tenues dépravées » que portent certaines algériennes sur les plages.

Echorouk, le média islamiste, ne s’arrête pas là et va jusqu’à affirmer que « les femmes dénudées » sont derrière les harcèlements sexuels. Il interroge des «juristes », des imams et des femmes islamistes qui, unanimement, réclament la création d’une police qui s’occupe de « rappeler à l’ordre » ceux et celles qui ne font pas preuve de puritanisme.

Cette sortie médiatique intervient un jour seulement après que la police ait « empêché » une dame d’accéder au Tribunal d’Alger sous prétexte qu’elle porte une tenue « indécente ». Cette jeune femme s’appelle Lina Sobhi et elle portait juste un tee-shirt sans manches. Sur les réseaux sociaux, elle a fait remarquer que sa mère est entrée dans la même enceinte avec une tenue identique. Mais la concernant, le policier lui a répondu : « toi, tu es jeune ! »

Essaïd Wakli