Après des années de célibat, cette française âgée de 76 ans, découvre par hasard, qu’elle est « unie par les liens sacrés du mariage » à un Algérien et ce depuis…16 ans. Jusqu’ici elle ignorait s’être mariée et pense qu’il y a eu usurpation d’identité. Pourtant, sa présumée belle-sœur a confirmé que le mariage a bel et bien eu lieu. Josiane n’est pas sénile, elle ne souffre pas de démence et ses capacités mentales sont intactes. Alors que cache cette histoire?

Le quotidien français Le Parisien, dans son édition d’aujourd’hui, publie une histoire surprenante d’une septuagénaire célibataire qui découvre qu’elle est mariée alors qu’elle a passé toute sa vie célibataire. Elle n’a jamais eu d’enfants et vit seule dans un studio dans une résidence pour personnes âgées à Paris. Josiane Grattepanche, 76 ans, a découvert par pur hasard et par le biais d’un de ses amis qu’elle était mariée depuis 16 ans à un Algérien d’Oran. Il l’a su en tombant sur l’extrait de naissance de la vieille femme sur lequel était mentionné que Josiane Angèle Grattepanche, née en juin 1939 à Cambrai (Nord) a été « mariée à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le 18 août 1999, avec Lahouari T.».

La concernée était certaine et convaincue de n’avoir jamais été unie à un homme pendant toute sa vie. « Mais je ne connais pas ce monsieur. », affirme-t-elle. Le plus déroutant dans cette histoire est qu’en allant à la mairie de Rueil-Malmaison, Josiane se rend compte que l’état civil possède tous les documents authentiques certifiant qu’une union a eu effectivement lieu, en 1999, entre elle et un certain Lahouari T., «sans profession, né à Oran (Algérie)», 14 ans plus tard.

La vieille femme se trouve aujourd’hui confuse, car s’il n’y a réellement pas eu usurpation d’identité, cela signifie qu’une partie de sa mémoire est effacée. La mairie de Rueil-Malmaison a pris l’affaire au sérieux et a transmis le dossier au procureur de Nanterre, selon Le Parisien. Les résultats de l’enquête devront bientôt trancher dans cette affaire.

Nourhane S.