L’intervention militaire conduite en ce moment par les forces militaires françaises au Mali exposent les otages algériens à un grand danger, a reconnu  Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R). Dans un entretien accordé au quotidien le Temps d’Algérie, cet expert français explique que les risques encourus pour les otages algériens sont « très grands ». « Pensons tous au calvaire que connaissent les familles algériennes et françaises concernées. Je sais que dans nos deux pays, tout est fait pour les sauver. Maintenant, aucun de nos deux Etats ne conduit sa politique sur des cas particuliers », a relevé le directeur du CF2R.

 Quant aux conséquences de cette intervention militaire sur la sécurité de l’Algérie, l’expert français a indiqué que « l’Algérie, au même titre que les autres Etats frontaliers du Mali, est directement concernée par l’évolution de la situation ». « Alger, en toute légitimité, s’inquiète de voir des groupes terroristes venir se replier sur son territoire et y reprendre les exactions. Aucune opération militaire ne peut donc avoir lieu sans prendre en compte ses intérêts et sa sécurité », a-t-ajouté.  S’agissant de l’autorisation de survol de son territoire par les avions militaires français engagés dans l’intervention militaire au Mali,  Eric Denécé qualifie cette prise par Alger d’acte « de soutien exceptionnel dont  peu de gens ont conscience en France ». « Mais tous les spécialistes mesurent et apprécient cette attitude courageuse et réaliste du gouvernement algérien », a-t-il souligné en dernier lieu.

Article précédentRevue de presse nationale et internationale du 15/01/2013
Article suivantL’intervention militaire française pousse l’Algérie à fermer ses frontières avec le Mali