Un « nombre important de forces » israéliennes participent à la « deuxième phase » de l’opération « Plomb durci », qui a commencé samedi soir avec l’entrée de troupes à l’intérieur du territoire palestinien.

Un « nombre important de forces » israéliennes participent samedi soir 3 janvier à la « deuxième phase » de l’opération contre la bande de Gaza, qui a commencé avec l’entrée de troupes à l’intérieur du territoire palestinien, a annoncé samedi l’armée israélienne.
« Il y a peu de temps, les forces de défense israéliennes ont commencé à mettre en application la deuxième phase de l’opération ‘Plomb durci’. Des forces terrestres ont commencé à se déployer à l’intérieur de la bande de Gaza », selon un communiqué militaire israélien.
« Un nombre important de forces participent à cette étape de l’opération, y compris de l’infanterie, des chars, des forces du génie, de l’artillerie et du renseignement avec le soutien de l’aviation, de la marine, de l’agence de sécurité israélienne et d’autres agences de sécurité », selon la même source.

Raids aériens

Un peu plus tôt, Israël avait eu recours, pour la première fois en huit jours de bombardements, à son artillerie. Les obus ont causé une énorme explosion dans la ville de Gaza, sans qu’on sache s’il y a des victimes.
Une vingtaine de raids aériens ont également été menés sur la petite enclave côtière et l’un des chefs de la branche armée du mouvement Hamas, Abou Zakaria al Djamal, a été tué.
C’est le deuxième haut responsable du mouvement islamique tué en trois jours, après Nizar Rayane, qui a trouvé la mort lors d’un raid avec quatre de ses femmes et plusieurs de ses enfants.
En fin de journée, un raid aérien contre la mosquée de Beit Lahya, dans le nord de la bande de Gaza, a fait onze morts, dont plusieurs enfants, et une cinquantaine de blessés, selon le Hamas. Le bombardement s’est produit pendant que des fidèles étaient en prière, ont dit des témoins.
Des avions ont également visé un collège privé palestinien, l’American School, tuant un vigile. Tsahal a affirmé que ce collège abritait une base du Hamas.
Des bâtiments de la marine israélienne ont également ouvert le feu dans la journée sur le territoire palestinien.

Tirs de roquettes

Malgré ce pilonnage, les combattants palestiniens ont poursuivi leurs tirs de roquettes sur l’Etat juif. Quatorze projectiles se sont abattus sur le territoire israélien et deux personnes ont été blessées dans la ville d’Ashdod.
Depuis le début de l’offensive israélienne le 27 décembre, les roquettes palestiniennes ont tué quatre Israéliens.
Les bombardements israéliens ont pour leur part fait 446 morts et plus de 2.000 blessés, pour un quart des civils, dans la population gazaouie, selon les Nations unies.

Dans l’enclave, les habitants restent terrés chez eux; l’eau, les vivres et les médicaments commencent à manquer.
« Certains se font des illusions s’ils pensent que les bombes, les avions et les chars, au lieu du dialogue, pourront amener des changements politiques », a affirmé le gouvernement du Hamas après une réunion dans un lieu tenu secret.

Rues désertées

Les rues de Gaza étaient pratiquement vides, la plupart des magasins sont restés fermés.
Selon un rapport du CICR , les bombardements ont endommagé le système d’adduction d’eau mais il est trop dangereux pour ses employés de tenter de le réparer.
Les hôpitaux disposent d’un minimum de stocks de médicaments et autres matériels de base pour soigner les blessés, pendant quelques jours encore, mais ils manquent de linceuls pour recouvrir les morts.
L’Onu a fait savoir que l’unique centrale électrique du territoire ne fonctionnait plus.
Le chef du bureau politique du Hamas Khaled Méchaal, qui vit en exil à Damas, a assuré que ses hommes étaient prêts à la lutte.
« Nous sommes prêts à relever le défi, cette bataille nous a été imposée et nous savons que nous serons victorieux parce que nous avons pu nous y préparer », a-t-il dit à la télévision.
Il a en outre mis en garde Israël et déclaré que le Hamas, qui détient depuis deux ans et demi le soldat franco-israélien Gilad Shalit, pourrait capturer d’autres membres de Tsahal. « Si vous commettez cet acte insensé d’envahir Gaza, qui sait, nous pourrions avoir un deuxième, un troisième ou un quatrième Shalit », a prévenu Mechaal.
Le Hamas disposerait de 25.000 hommes en armes. Ses forces de sécurité sont en alerte le long des frontières avec Israël, observant les mouvements de troupes de l’autre côté et diffusant en hébreu des messages radio assurant qu’elles n’ont pas peur.

Cessez-le-feu

Les Etats-Unis s’emploient à obtenir un cessez-le-feu qui comprendrait un mécanisme de contrôle afin d’empêcher l’entrée d’armes dans le territoire, a fait savoir le président George Bush. « Un nouveau cessez-le-feu unilatéral qui déboucherait sur des tirs de roquettes sur Israël ne serait pas acceptable », déclare Bush, qui s’exprimait publiquement pour la première fois sur l’offensive.
L’Egypte a entamé des discussions exploratoires avec des représentants du Hamas pour que cessent les combats, a déclaré un responsable palestinien à Reuters.

Source: Nouvelobs

Article précédentLa bourde de Khalida Toumi à propos de Gaza
Article suivantDésinformation et censure, l'autre guerre que mène Israël