israel Le ministre israélien des Affaires Etrangères, Avigdor Lieberman estime qu' »un règlement de paix ne peut venir qu’à la suite de négociations directes et ne peut être imposé » par la communauté internationale.

Israël rejette, lundi 13 juillet, tout règlement de paix avec les Palestiniens qui serait imposé par la communauté internationale, suite à des propos attribués au chef de la diplomatie européenne Javier Solana.
Le ministre israélien des Affaires Etrangères, Avigdor Lieberman a déclaré à la radio publique qu' »un règlement de paix ne peut venir qu’à la suite de négociations directes et ne peut être imposé ».
Il réagissait aux déclarations qu’aurait faites samedi à Londres le Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, selon lequel le Conseil de sécurité de l’ONU devrait imposer un règlement incluant la reconnaissance d’un Etat palestinien indépendant, si l’impasse se poursuivait dans le processus de paix.
Selon ces propos, repris par la presse israélienne, le Conseil de sécurité devrait en ce cas reconnaître de façon unilatérale un Etat palestinien, comme « membre à part entière de l’ONU ».

La question des réfugiés
L’ONU devrait aussi décider de l’application de diverses résolutions concernant les dossiers sur lesquels Israéliens et Palestiniens ne sont pas parvenus à s’entendre: frontières de cet Etat, Jérusalem, la question des réfugiés.
Avigdor Lieberman a par ailleurs relativisé la portée de cette déclaration, estimant que « ni les Etats Unis, ni l’Europe n’entendaient imposer une solution ».
« Il ne faut pas attribuer trop d’importance à des propos venant d’un diplomate en fin de mandat », a-t-il ajouté.
Javier Solana avait été désigné en octobre 1999 Haut représentant pour la politique étrangère de l’Union, avant d’être reconduit en 2004. Il avait été auparavant secrétaire général de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan), de 1995 à 1999.
Son mandat expire en octobre et Javier Solana a annoncé qu’il ne demanderait pas de le prolonger.

(Nouvelobs.com)

Article précédentL'Union pour la Méditerranée "encore vivante" pour Henri Guaino
Article suivantLa Russie et la Chine proposent une monnaie commune globale