Un enfant algérien, issu d’un mariage mixte, est retenu en Turquie par ses grands-parents paternels suite au décès il y a quelques mois de son père Turc qui s’était établi en Algérie. Le petit Riad habitait chez ses grands-parents maternels, algériens, dans la wilaya de Blida.

L’enfant a perdu, en l’espace de moins de deux ans, ses deux parents. Sa mère, algérienne, est décédée, en 2013, suite à une maladie. Son père, un Turc travaillant pour une entreprise de son pays en Algérie, est, lui aussi, mort l’année dernière, suite à une chute sur son lieu de travail. Depuis, Riad est pris en charge par ses grands-parents maternels.

Seulement, il y a quelques semaines, la famille de son père en Turquie a insisté auprès de ses grands-parents algériens pour que l’enfant fasse leur rende visite en Turquie, à Izmir plus précisément. Selon le quotidien arabophone «El Khabar», les ascendants turcs de Riyad ont prétexté une maladie de la grand-mère paternelle pour convaincre leur belle famille algérienne de l’urgence de cette visite. Accompagné de sa grand-mère maternelle, l’enfant à pris l’avion le 10 décembre dernier. Arrivant sur place, son accompagnatrice s’était rendu compte que la grand-mère paternelle n’était, en fait, nullement malade. Deux ou trois jours plus tard, les grands-parents turcs ont signifié à leur hôte algérienne que Riad ne rentrerait jamais en Algérie.

En pleur, l’enfant les priait de le laisser rentrer à Blida mais en vain. La grand-mère maternelle s’est donc rendue à l’ambassade d’Algérie à Ankara où elle a exposé son cas aux autorités algériennes. Sur place, un avocat lui a été désigné pour prendre en charge l’affaire. A son retour en Algérie, elle a déposé une autre plainte à Blida. En attendant le dénouement de cette affaire, Riad se trouve toujours à Izmir, malgré lui.

Elyas Nour 

Article précédentL’Algérie pour Anelka ?
Article suivantDécès de trois Mozabites à Ghardaïa: Le RCD dénonce « une banalisation du crime »