Jean-Pierre Chevènement, « ami de l’Algérie » et président de l’Association France-Algérie effectue depuis mercredi une visite dans le pays.

L’ex-sénateur de Belfort, qui aime se définir comme un « ami de l’Algérie », est en visite dans le pays depuis mercredi 8 octobre. Une visite qui prendra fin samedi avec une conférence organisée à l’Institut français d’Alger.

« Le lâche assassinat de notre compatriote, le malheureux alpiniste Hervé Gourdel, ne change rien à l’amitié qu’il y a entre le peuple français et le peuple algérien », a-t-il déclaré hier, jeudi 9 octobre, en marge d’une visite dans la wilaya de Tizi-Ouzou. « Le peuple algérien a lui-même été victime, au-delà de toute mesure, du terrorisme et naturellement nous sommes unis et nous nous serrons les coudes pour faire face à ces comportements odieux », a-t-il ajouté. Arrivé mercredi en Algérie pour une « visite d’amitié », Jean-Pierre Chevènement a rencontré plusieurs responsables politiques. Jeudi, il s’est entretenu avec le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, à propos de l’évolution des relations algéro-françaises dans divers domaines. Il a ensuite discuté avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, afin de faire le point sur la situation au Sahel. « Les avis de l’Algérie [concernant les problèmes régionaux et internationaux] sont toujours précieux parce qu’ils sont sages et raisonnés », a-t-il déclaré à l’issue de cet entretien.

Jeudi, Jean-Pierre Chevènement s’est ensuite rendu à Tizi-Ouzou pour visiter le nouveau pôle d’excellence de Oued Fali.

Jouissant d’une très bonne réputation en Algérie, Jean-Pierre Chevènement joue souvent le rôle de médiateur entre Paris et Alger lorsque les relations entre les deux capitales se crispent.

Article précédentMalala Yousafzai et Kailash Satyarthi récompensés par le prix Nobel de la Paix
Article suivantUn « Bazar International » pour aider les femmes et enfants défavorisés d’Algérie