princesse Haya

le souverain de Dubaï, Mohammed bin Rashid Al Maktoum, « avait ordonné le piratage des téléphones de son épouse, la princesse Haya, fille de feu le roi Hussein de Jordanie, et de ses avocats, la baronne Fiona Shackleton et Nick Manners, avec le logiciel espion Pegasus », qui a été développé par le « ONS » entreprise. « les israéliens, au cours de la période du droit de garde pour leurs deux enfants cas, » la British High Court a conclu mercredi.

La même source a ajouté : « L’espionnage ne s’est pas limité au piratage des téléphones de la princesse Haya, la demi-sœur du roi de Jordanie Abdallah II et de son avocat, mais aussi de ses assistants et de deux de ses membres de la protection, en utilisant le programme controversé Pegasus. »

Le logiciel Pegasus de NSO Group, souvent appelé « logiciel espion », est capable de localiser la personne utilisant le téléphone, de lire des messages texte, des e-mails et des messages dans d’autres applications, ainsi que d’effectuer des écoutes téléphoniques et d’accéder à la liste de contacts du téléphone. dates du calendrier et photos.

Et, selon Reuters, des personnes proches de Mohammed bin Rashid ont tenté d' »acheter un manoir à côté de la maison de Haya » près de la capitale britannique, ce qui est « une mesure intimidante que le tribunal a jugée la faisant se sentir poursuivie et en danger comme si elle ne pouvait pas respirer plus. »

D’autre part, Mohammed bin Rashid a nié les allégations et a déclaré dans un communiqué qu’il n’avait ordonné à personne d’utiliser le groupe NSO « ou tout autre programme de cette manière », appelant les médias à « respecter la vie privée de ses enfants concernant la question de la garde et de ne pas s’immiscer dans leur vie. »

Une bataille judiciaire entre la princesse Haya et son mari, Mohammed bin Rashid, a duré huit mois, car la justice britannique a révélé en mars dernier que bin Rashid « a ordonné l’enlèvement de deux de ses filles et a mené une campagne d’intimidation » contre sa femme, forçant à fuir avec son fils et sa fille à l’étranger