L’incompréhension et la colère battent leur plein à Bouhmama, une commune située au sud de la wilaya de Khenchela, à l’est du pays. Un gendarme a verbalisé jeudi dernier un citoyen pour avoir transcrit ses coordonnées personnelles affichées sur son véhicule en… Tifinagh. 

Et pourtant, le tamazight est bel et bien une langue officielle reconnue depuis l’adoption de la Nouvelle Constitution en 2016. Faisant fi de cette nouvelle législation, le gendarme a sanctionné ce citoyen qui n’a, visiblement, commis aucune infraction au code de la route.  Ce concitoyen a décidé de se révolter contre cet arbitraire en décidant de ne pas payer cette amende et s’apprête, nous apprennent nos sources, à saisir la justice pour faire valoir ses droits. Cette affaire suscite l’émoi de la population locale qui demeure dubitative face au comportement des gendarmes.

Nous avons tenté de joindre le commandement de la gendarmerie nationale pour leur soutirer des explications. Malheureusement, aucun de nos appels n’a trouvé une oreille attentive.