gestion des déchets ménagers

Algérie: La Cour des comptes a révélé que la gestion des déchets ménagers et assimilés dans les communes de la wilaya d’Alger n’était pas traitée dans des conditions satisfaisantes et qu’elle est loin des standards internationaux.

Dans son rapport annuel pour 2021, le conseil a indiqué que, dans le cadre de son programme d’activités 2019, il a évalué la gestion des déchets ménagers et assimilés dans les communes de la capitale, qui est principalement prise en charge par les établissements publics « Natcom » et « Extra Nat ».

Selon la même source, des enquêtes menées au cours de la période 2016-2020 ont révélé que ce service public, financé principalement par des contributions financières à l’Etat algérien, n’était pas pris en charge dans des conditions satisfaisantes.

Le rapport conclut que la prise en charge des déchets ménagers et assimilés dans l’Etat d’Alger est loin de ce qui est dicté par les normes internationales, conformément aux objectifs du plan stratégique de développement de l’Algérie, qui vise à en faire une capitale à vocation mondiale. dimension.

Le Conseil de la Comptabilité a indiqué que la qualité du service de collecte des déchets se caractérise par la présence de nombreux points de collecte, dont 40 pour cent ne disposent pas des équipements dédiés à la pré-collecte des conteneurs, et la présence de 121 000 points de décharge non traités, dont environ 6 000 sont des points critiques.

Il a souligné que les déchets restent longtemps sur la voie publique avant d’être évacués, ainsi que l’irrégularité du service de collecte.

En ce qui concerne le balayage manuel et mécanique des voies publiques et le lavage des espaces publics, le rapport indique qu’ils ne couvrent que les rues principales des communes centrales, en plus des espaces publics adjacents aux administrations et institutions publiques.

La Cour des comptes explique ces insuffisances par l’inefficacité du mode de gestion actuel suivi par les deux institutions, la faiblesse de la fonction de gestion des ressources humaines, et le manque d’efficacité dans la gestion et l’exploitation des équipements porteurs.

Le rapport du Conseil d’Audit a fait quelques recommandations, afin de mettre à niveau la gestion des deux institutions conformément aux normes internationales.

Les recommandations sont de fournir des capacités de gestion adéquates, d’incarner un système de gestion intégré et de développer un plan de gestion des déchets ménagers et autres (plans de collecte, plans d’enquête et plans de lavage).

La Cour des comptes a appelé l’intérêt de l’Etat d’Alger à prendre en compte la concrétisation d’un certain nombre de mesures urgentes pour combler les lacunes notables, à savoir la contractualisation avec les établissements publics à caractère industriel et commercial en préparant un cahier des charges qui définit la relation de l’État avec ces deux institutions, avec des contrats d’efficacité avec les pneumatiques qui les gèrent, qu’elle est en train d’achever.