Fini le temps de l’impunité pour les hauts responsables algériens et leurs enfants. A Béjaïa, la justice vient de désavouer le fils du général-major Ahmed Boustila, l’ancien patron de la gendarmerie nationale. L’enfant de ce haut responsable naguère très influent gère jusqu’à aujourd’hui un port sec situé à proximité d’une caserne militaire au niveau de la localité de Boukhlifa. 

Un port sec construit sans aucune autorisation de l’APC de Tala Hamza qui lui a refusé de lui délivrer un permis de construire. L’affaire est transférée à la Justice dont le verdict est implacable : la bâtisse du fils du général-major est « illicite ». Il ne reste donc que de prononcer la décision de démolition. Le président du groupe parlement du FFS, Chafaâ Bouaiche, s’est réjoui de cette décision. Il était à l’origine de la dénonciation de ce scandale qui avait défrayé la chronique dans la wilaya de Béjaïa. Pour rappel, la gestion des ports secs en Algérie constitue un dossier qui alimente une intense polémique depuis des années.

Article précédentJO de Rio/ 310 millions de dinars pour préparer les athlètes algériens
Article suivantSécurité/ Nouveau coup de filet dans les milieux du soutien au terrorisme