Algerie-focus.com diffusera chaque jeudi jusqu’au 17 octobre 2012, en partenariat avec Doc Side Stories, un web-documentaire qui retrace l’histoire de la répression survenue à Paris la nuit du 17 Octobre 1961.

 

Le 17 octobre 1961 est un évènement tragique oublié de l’histoire de France. Pendant longtemps, les atrocités commises pendant une manifestation pacifique d’Algériens, ont été passées sous silence par le gouvernement et les médias français. Aujourd’hui, nous pouvons en apprendre davantage sur la violence de cette nuit : près de 200 Algériens ont été tués, battus à mort, frappés ou jetés dans la Seine. 11 500 autres ont été arrêtés et souvent torturés. Enfin, des centaines de personnes ont été renvoyées dans leur pays.

Ce web-documentaire propose un voyage interactif en vidéo, photo, sons et écriture sur ces événements. Le projet est de retracer de façon précise cette funeste soirée. Il apparaît essentiel de la replacer dans le contexte de la Guerre d’Algérie, de situer les lieux ainsi que les acteurs principaux. Des paroles des derniers témoins encore en vie viennent s’ajouter aux documents.

Les deux réalisateurs, Olivier et Thomas ont interviewé plusieurs personnes : Jean-Luc Einaudi, historien qui a consacré 30 ans de sa vie au sujet ; Ali Haroun, ancien cadre du FLN France ; Rahim Rezigat, Algérien témoin de la manifestation interné au Centre de tri de Vincennes.

Les différents épisodes visent à aborder quatre thématiques principales autour des évènements; la manifestation, les jeux de pouvoir, la guerre d’Algérie et le souvenir.

50 ans après cette tragédie, ils reviennent sur cet événement afin de reconstruire une parcelle de la mémoire collective française et algérienne jusqu’alors volontairement transformée, effacée et ignorée.

MM

Une plateforme documentaire réalisée par Olivier Lambert et Thomas Salva
Diffusée sur LeMonde.fr et Algérie-Focus.com
Une coproduction Dailymotion et Hans Lucas
En partenariat avec l’Emi, AdLibris et L’Esprit du Monde
Développée sur 3WDOC
Avec le soutien du CNC et des KissBankers / KissKissBankBank

 

Voir aussi 
Article précédentL’immigration musulmane en Europe inquiète le Vatican
Article suivant17 octobre 1961 : « c’est resté éteint, sous les cendres »