Par Nassim Brahimi

Quiconque verra la vidéo de l’intervention de Abbassi Madani, sur la chaîne France 24 / Arabe, constatera formellement l’ignominie de cet homme, de son parti, de son projet et de ses acolytes.

Seize minutes durant, le «Cheikh» n’a pas daigné condamner les actes terroristes et barbares commis en Algérie par les déchets de son projet politique.

Malgré l’insistance de l’animateur, Abbassi Madani n’a cessé d’éluder, de se dérober même de ce qu’il aurait dû faire il y a bien longtemps, sans que personne ne le lui demande, ne serait-ce que par respect pour les morts de la tragédie algérienne: condamner les crimes des terroristes en Algérie.

Une tragédie qu’il a largement contribué à engendrer et qu’il tente, désormais, de remuer et d’en faire l’apologie.

Comment réagir à ça ? Faut-il le museler ? Non. Il faut le laisser dire ce qu’il pense en son for intérieur, afin qu’il apparaisse au grand jour tel qu’il est vraiment : un homme fini, qui en veut à tout le monde et qui cherche un prestige qu’il n’a plus.

Abbassi Madani nous dit qu’il est doublement docteur. Il n’a pas pour autant une double cervelle, sinon il aurait su que toute chose a une fin et que la sienne a été entachée de sang innocent et de souffrance inutile, et qu’il ferait mieux de méditer l’histoire qu’il a provoquée.

Il gagnerait aussi beaucoup à descendre de son nuage, car en disant que le peuple ne l’a pas interdit, il se trompe cruellement de peuple.

L’Algérie n’est pas dans ta tête, M Abassi Madani, elle est dans les cœurs des Algériens.

Et si tu veux un minimum d’écoute, même si c’est en vain, ait au moins la décence de t’incliner devant les morts de l’Algérie.

Et dire qu’il veut la paix !!!

N.B.

Article précédentAlgérie, pays du mal-vivre
Article suivantCentre Culturel Algérien: Rencontre avec Beihdja RAHAL et Saâdane BENBABAALI