La pluie battante n’a pas fait reculer les chefs d’état, les sud-africains et les proches de Nelson Mandela venus saluer une dernière fois l’ex-président sud-africain décédé jeudi à l’âge de 95 ans. Le stade Soccer City de Soweto, situé dans la banlieue de Johannesburg a connu un grand moment d’émotion. 

Le stade de Soweto était plein ce mardi 10 décembre, une date que l’histoire n’oubliera pas. Près de 80 000 personnes dont 91 chefs d’Etat et de gouvernement en exercice, ont rendu un dernier hommage à Nelson Mandela.  Dès 8 heures du matin, quelques heures avant le début de la cérémonie la foule a commencé à occuper les gradins du stade, et de nombreuses personnes ont suivi ce moment sur internet et  à la télévision. La cérémonie planétaire a duré 4 heures, durant lesquels les proches de Mandela ou des chefs d’état ont pris la parole.

Aurevoir Madiba

 « Nkosi sikelel’ iAfrika » (Que Dieu bénisse l’Afrique), a entonné le public, entamant l’hymne sud-africain dès l’ouverture de la cérémonie dans ce stade mythique, où Mandela avait été acclamé par la foule après avoir été libéré de prison. Le décès de l’ancien président sud-africain qui a lutté contre l’apartheid en Afrique du Sud a bouleversé le monde entier, qui gardait le souvenir d’un homme courageux et entier jusqu’à la fin de sa vie.  Les proches de Madiba ont salué cet ancien président, leur père et leur libérateur. Mbuso, Andile, Zozuko et Phumla, ses petits-enfants ont adressé un dernier message à leur grand-père à la tribune.

Le discours d’Obama applaudi

L’un des autres moments forts de cette journée de deuil a été le discours du président américain Barack Obama qui a salué « un géant de l’histoire qui a mené une Nation vers la justice », et a « donné une voix puissante aux plaintes des opprimés ».

« Le monde remercie le peuple d’Afrique du Sud pour avoir partagé Nelson Mandela avec nous », a-t-il lancé, saluant la foule qui n’a cessé de l’applaudir à chaque intervention. Le président américain a comparé Mandela à d’autres grands noms de l’histoire tels que Gandhi ou Martin Luther King, ces «grands libérateurs du XXe siècle» qui ont donné une «voix aux sans-voix».

Un héros mondial

La cérémonie s’est achevée vers 17 heures avec un discours de l’ancien archevêque anglican Desmond Tutu. « Je veux voir le monde célébrer la vie d’une icône extraordinaire », a-t-il conclu, avant de prier dans plusieurs langues sud-africaines. Et d’ajouter : « Dieu, je te demande de bénir notre pays. Tu nous as donné un trésor merveilleux, avec cette icône de la réconciliation »

À partir de demain, la dépouille de Mandela sera exposée pendant trois jours au siège du gouvernement à Pretoria. Il sera alors transféré samedi vers le village de Qunu, dans le sud-est rural du pays, région de ses ancêtres xhosas. Il sera enterré dimanche 14 décembre auprès de ses parents.