Georges Kordahi

Liban : Lors de sa première comparution après avoir officiellement annoncé sa démission, Georges Kordahi a envoyé une lettre au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, l’appelant à mettre fin à la guerre au Yémen.

Le message de Kordahi, dans lequel il mettait l’accent sur le bon côté des relations entre le Liban et l’Arabie saoudite, intervient après ses déclarations avant de devenir ministre.

Cela concerne le discours de Kordahi sur l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis concernant la guerre au Yémen, où il a précédemment déclaré : « Les Houthis au Yémen se défendent contre l’agression extérieure, et il y a certainement une agression, et que la guerre au Yémen est une guerre futile qui doit arrêter. »

Les déclarations de l’ancien responsable avaient provoqué des tensions diplomatiques, car elles se sont propagées après qu’il a pris le poste de ministre de l’Information, et il a été invité à démissionner, mais il a refusé à l’époque.

Revenant au message de Kordahi, son contenu déclarait : « Je dis à Son Altesse le prince Muhammad Ben Salman que lorsqu’il a assumé le mandat de l’alliance, moi-même et beaucoup de gens étions très heureux, d’autant plus qu’il a lancé un processus de réforme et un processus de changement dans le Royaume d’Arabie saoudite qui n’a jamais été vu auparavant.

Kordahi a ajouté :  » Même moi, dans l’une des interviews, j’ai dit que ce prince est en train de construire le quatrième État saoudien, car nous vivons maintenant dans le troisième État saoudien dont les fondations ont été fondées par feu le roi Abdulaziz. Je lui dis (Mohammed bin Salman) qu’il est avec ce courage avec lequel il a agi dans le royaume et avec cette cavalerie avec laquelle il a agi dans le royaume, et a changé tous les concepts qui prévalaient, il a tout libéré, pour autant que je lui dis qu’il est possible qu’il, par sa décision, impose la paix des braves au Yémen et mettre fin à cette guerre.

À noter que plusieurs analystes ont évoqué la possibilité d’une détérioration des relations entre le Liban et l’Arabie saoudite, d’autant plus que le Liban traverse de nombreuses crises qui nécessitent, selon eux, un renforcement des relations avec les pays du Golfe.

Il semble que le ministre de l’Information démissionnaire tente de calmer la situation après les déclarations qui ont provoqué la colère de l’Arabie saoudite, d’autant plus que la décision saoudienne est toujours ambiguë, et il n’est pas encore clair si la démission de Kordahi est suffisante pour absorber sa colère.

Dans sa lettre, le ministre démissionnaire a rappelé la nature des relations du roi Salmane avec le Liban, disant qu’il aimait les Libanais, et a confirmé qu’il était ami avec beaucoup d’entre eux.

Dans ce contexte, Kordahi a déclaré : « Le Liban est un pays avec toutes ses sectes et avec tous ses partis, même les partis auxquels ils s’opposent. Tout le Liban les aime, aime l’Arabie saoudite, et le Liban