Le département d’Etat américain a indiqué lundi, dans un rapport sur les libertés religieuses, que la Constitution algérienne garantissait la liberté religieuse et que les lois du pays permettaient aux non-musulmans de pratiquer librement leur culte.

Dans son rapport mondial 2013 à travers lequel il donne sa description de la situation des libertés religieuses dans 190 pays, le département d’Etat souligne que pour ce qui concerne l’Algérie, l’ordonnance 06-03, entrée en vigueur en 2008, ’’prévoit la liberté des non-musulmans à pratiquer leur culte et rites religieux, à condition qu’ils soient en conformité avec la Constitution, l’ordonnance et les autres lois et règlements, et que l’ordre public, la moralité et les droits et libertés fondamentales d’autrui soient respectés’’.

Cette ordonnance, poursuit le rapport, ’’interdit la discrimination sur la base de la religion et garantit la protection de l’Etat pour les non-musulmans ainsi que la tolérance et le respect des différentes religions’’.

Le rapport du département d’Etat aborde également les lois et règlements régissant les activités des imams et des mosquées, tout en observant que le gouvernement algérien interdit ’’la diffusion d’ouvrages écrits décrivant la violence comme un précepte légitime de l’Islam’’.

Considérant que des restrictions religieuses sont ’’parfois constatées’’, le département de John Kerry, note, cependant, que ’’les responsables du gouvernement algérien affirment que l’ordonnance applique sur les non-musulmans les mêmes obligations imposées aux musulmans, dont celles stipulant que les rites religieux doivent se conformer à la loi et au respect de l’ordre public, à la moralité et aux droits et libertés fondamentaux d’autrui’’.

Relevant que le prosélytisme pratiqué par les non-musulmans constitue en Algérie une infraction pénale qui entraîne une peine maximale d’un (1) million de dinars et cinq ans de prison, les auteurs du rapport observent, cependant, que le gouvernement ne met pas, systématiquement, à exécution ces peines.

En soulignant que la société algérienne ’’fait preuve, généralement, de tolérance’’ à l’égard des étrangers qui pratiquent des religions autres que l’islam, le département d’Etat américain précise que sur une population de 37,1 millions d’habitants, plus de 99% sont musulmans sunnites, tandis que moins de 1% sont chrétiens ou juifs.

Sur ce dernier point, estiment les auteurs du rapport, le nombre de chrétiens en Algérie varierait entre 30.000 et 70.000 personnes, tandis que celui des chrétiens coptes égyptiens oscillerait entre 1.000 et 1.500 personnes.

Evoquant le christianisme, le département d’Etat souligne que les chrétiens évangéliques, dont « les Adventistes du septième jour », représentent le plus grand nombre de chrétiens en Algérie, suivis des Méthodistes et des membres d’autres confessions protestantes, puis des Catholiques romains.

Le rapport note qu’une proportion importante de résidents étrangers chrétiens, dont le nombre est difficile à estimer, sont des étudiants et des immigrants clandestins en provenance d’Afrique subsaharienne qui cherchent à rejoindre l’Europe.

Lire la suite sur APS