Une académie française dérape : Un scandaleux document stigmatise les musulmans

0
Advertisement

Un récent document Powerpoint réalisé par L’académie de Poitiers et adressé aux chefs d’établissements scolaires en France suscite une véritable vague d’indignation et provoque une vive polémique. Le document en question qui vise à lutter contre « la radicalisation religieuse » n’évoque que l’extrémisme dans la religion musulmane. Il exclut les autres types de radicalisation politique et n’évoque aucune autre religion.  

Vous avez une « barbe longue non taillée (moustache rasée) », des cheveux rasés, vous vous habillez de façon « musulmane » avec des «jambes couvertes jusqu’à la cheville », vous refusez le tatouage  ou avez un « cal sur le front » (marque sur le front qui apparaît après des années de pratique assidue chez les musulmans très religieux de la prière) ou vous perdez votre poids  suite à des jeûnes fréquents.  Si vous réunissez ces critères extérieurs individuels et que vous vivez en France, il y a de forte chance que vous soyez placé dans la case des extrémistes « musulmans » et que vous soyez considérée comme potentiellement dangereux.

Un document qui renforce les préjugés et les clichés

Le document de 14 pages, réalisé par l’académie de Poitiers est, selon le journal Mediapart, adressé aux chefs d’établissements scolaires pour déceler les signes annonciateurs d’une éventuelle radicalisation religieuse chez les jeunes. Cependant, ce stupéfiant Powerpoint qui rentre dans le cadre du  » plan national de lutte contre la radicalisation  » lancé en avril par Bernard Cazeneuve, ne fait que manier les clichés et les préjugés en ciblant exclusivement les musulmans dans une démarche ségrégationniste. En effet, ce petit guide pratique qui offre aux chefs d’établissement une liste de précieux indices pour repérer les élèves en perdition ne fait que stigmatiser une catégorie de jeunes en raison de leur appartenance religieuse. Or, une démarche de prévention doit viser à aider les jeunes en difficultés et non à les stigmatiser. Face à l’indignation qu’a suscitée ce document, notamment sur les réseaux sociaux, Nicolas Bray, un responsable au ministère de l’Education français a souligné, à Al Huffington Post Maghreb que le cabinet n’a pas « à sa connaissance visé », la présentation.

#BrefJeMeSuisRadicalisé, les musulmans répondent

Pour dénoncer le dérapage de l’académie de Poitiers, plusieurs jeunes se sont précipités pour créer le hashtag #BrefJeMeSuisRadicalisé dans lequel ils se moquent du document, chacun à sa manière. Sur le hashtag, vous pouvez lire des commentaires du genre : « je porte une robe jusqu’aux chevilles « , « je fais ma prière chaque vendredi à la mosquée « ,  » mon plat préféré c’est le couscous « ,  » Un jeune Palestinien tué par tsahal. Je trouve ça injuste « .

Nourhane. S.

Article précédentVidéo : Le voile permet-il de moins se faire harceler à Alger ?
Article suivantBouteflika confirme la révision de la constitution