Rifka

Algérie: L’affaire « Rifka » et la société « Future Gate », accusée d’avoir fraudé des étudiants, en les escroquant et en les trompant pour qu’ils étudient dans les plus grandes universités européennes, a atteint la justice, où le propriétaire de la société comparaîtra demain devant le procureur de la République.

La chaîne Al-Hayat a révélé que le propriétaire de l’entreprise se présentera devant le procureur de la République, après la plainte déposée par environ 75 étudiants des victimes de cette entreprise.

L’affaire a été déclenchée par des dizaines d’étudiants qui ont été escroqués par une fausse entreprise proposant des offres alléchantes pour étudier en Turquie et en Ukraine, où ils ont partagé des vidéos sur des sites de réseaux sociaux exposant ses astuces, soulignant qu’ils se sont heurtés à la vérité une fois après avoir payé de l’argent, des passeports et le baccalauréat original.

Pour référence, l’influenceuse sur les pages de réseaux sociaux, « Nahla », a appelé tous les influenceurs qui ont participé à la campagne publicitaire de ces agences et se sont impliqués dans l’affaire, à ne pas garder le silence, et a également appelé les étudiants victimes à rompre leur silence et éviter la peur des propriétaires d’agence qui conservent les copies originales de leurs certificats et passeports.

Et la page « Etudiant universitaire » a écrit que le principal responsable de la fraude et de la fraude auxquelles les étudiants ont été exposés par ces entreprises est l’influenceur « Rivka ».

Le YouTuber et activiste des réseaux sociaux Farouk Boujmelin, surnommé « Rifka », a répondu en disant qu’il portait la responsabilité de l’erreur qu’il avait commise en faisant la promotion de cette agence, ajoutant qu’il s’excusait auprès des étudiants victimes et de leurs familles, à cause de la fraude de cette agence. sur eux et les mauvaises expériences qu’ils ont vécues avec.

Rifka a expliqué qu’il avait été trompé et induit en erreur par les propriétaires de l’agence « Future Gate », soulignant que s’il avait su que l’agence pratiquait la fraude, il aurait refusé de coopérer avec elle et de la promouvoir.

Farouk Boujmelin a ajouté : « Je ressens pour l’étudiant et il a été induit en erreur de la même manière que cela m’est arrivé. J’ai fait une erreur parce que je n’ai pas posé de questions sur l’entreprise avant de coopérer avec elle.

Mohammad Aberkan, dit « Stanley », a demandé pardon aux étudiants victimes de l’offre de voyager et d’étudier en Ukraine en échange de sommes d’argent dépassant les 10 000 dollars par an, reconnaissant son erreur de promouvoir l’entreprise par ignorance.

Article précédentCAN 2022: Scandale de l’arbitrage entre la Tunisie et le Mali
Article suivantLe duo algérien manquera la séance d’entraînement préparatoire au match de la Guinée équatoriale