Abdelamalek Sellal a affirmé lundi devant les parlementaires que « près de 3 500 milliards de dinars (47,2 milliards de dollars) seront consacrés par l’état pour la répondre à la demande social en matière de d’habitat » dont un premier quota de 100 000 logements attribué à des sociétés étrangères.

Des constructions modernes avec des normes internationales / DR

Une première, dans le domaine de la construction en Algérie, l’état vient d’octroyer 100 000 logements à des sociétés étrangères spécialistes dans le domaine de l’urbanisme pour combler le manque de compétence des sociétés nationales.

Par ailleurs le gouvernement algérien « compte accorder d’autres quotas avec des mécanismes de construction intégrés contenant tous les équipements publics nécessaires (écoles, marchés, postes police,….) à des partenaires étrangers, a affirmé M. Sellal dans sa réponse aux députés sur le plan d’action du gouvernement.

Avant de reconnaître que « le recours aux moyens étrangers de réalisation est devenu une nécessité du fait des difficultés des entreprises algériennes à répondre à la commande publique en matière de construction de logements. Et pour pallier au manque de compétence flagrant des quelques sociétés algériennes de construction.

Le programme quinquennal global 2010-2014 prévoit la réalisation de 2.450.000 logements dont 1 million de logements publics locatifs à caractère social, 900.000 logements ruraux et 550.000 logements promotionnels.

Selon le Premier ministre, ’’il est vital pour le développement socio-économique du pays de réduire la pression sociale sur le logement par de nouveaux programmes’’ de logements publics locatifs, estimant que la résorption de la crise du logement ’’est la mère des batailles’’.

Et, plus globalement en matière d’habitat, le gouvernement s’est engagé à « oeuvrer à éradiquer l’habitat précaire et satisfaire au maximum la demande en logement ».

Chaoui A

Article précédentPsychotropes, la nouvelle drogue des jeunes Algériens
Article suivantLa Tunisienne violée par des policiers : « Je pensais être la victime, pas l’accusée »