L’organisation Open Society Justice Initiative vient de dévoiler la liste de 54 pays ayant collaboré avec l’organisation américaine de surveillance, la CIA dans son programme de détention secrète et de tortures de terroristes présumés. Parmi ces pays, l’organisation cite l’Algérie.

l’Algérie, le Danemark, le Canada… le point commun entre ces trois pays est leur collaboration avec la CIA dans sa lutte anti-terroriste. Outre ces trois pays, 54 Etats au total ont aidé l’organisation américaine dans sa chasse aux suspects de terrorisme après les attentats du 11-Septembre, indique le rapport de l’organisation Open Society Justice Initiative publié ce mardi, et cité par l’AFP.

Des pays de tous les continents sont visés par ce rapport, qui cite également l’Afghanistan, le Yémen, le Zimbabwe, ainsi que de nombreux pays d’Europe comme l’Autriche, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Finlande, l’Allemagne, l’Irlande, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie. Même l’Iran, pourtant en froid avec les Etats-Unis aurait participé à ce programme.

Ces 54 pays auraient aidé la CIA de diverses manières, d’après l’organisation, telles que l’accueil de prisons secrètes sur leur sol, en aidant à la capture et au transport des détenus, en interrogeant selon le programme d’interrogatoires renforcés de la CIA, en fournissant des renseignements ou encore en ouvrant leur espace aérien pour permettre le transfert illégal de personnes d’un pays à un autre », précise le rapport.

L’organisation Open Society Justice Initiative a vivement critiqué cette « collaboration », évoquant une violation des droits des prisonniers et de leurs pays. « En participant à ces opérations, ces gouvernements ont violé aussi le droit intérieur et international et ont sapé les règles contre la torture » qui est « non seulement illégale et immorale mais aussi inefficace pour réunir des renseignements fiables », dénonce le rapport intitulé « De la mondialisation de la torture », précise le rapport.

La rédaction avec AFP