Le programme américain « The North-Africain Partnership for Economic Opportunity » (Partenariat nord-africain pour les opportunités économiques) considère l’Algérie comme la  «composante essentielle» de l’initiative, c’est en tout cas les propos soulignés par José Fernandez, le secrétaire d’Etat adjoint américain pour les affaires économiques et l’énergie.

Développer les talents et leaders algériens

C’est lors d’une conférence avec la presse maghrébine qu’il a affirmé la volonté des Etats-Unis de « travailler avec les jeunes entrepreneurs algériens pour créer de nouvelles entreprises et transformer leurs idées en réalité ». C’est dans cette optique qu’il a souligné l’importance de l’éducation et de la formation grâce à des partenariats entre les universités algériennes et les instituts supérieurs américains spécialisés dans la formation en matière d’esprit d’entreprise et a également évoqué la création d’un lien direct entre les universités, les PME en Algérie et les compétences algériennes établies à l’étranger.

L’importance de la diaspora algérienne

Le haut responsable américain a également lancé un appel aux membres de la diaspora algérienne « qui ont vraiment réussi aux Etat-Unis », estimant que ces derniers seraient susceptibles « de devenir des investisseurs ». Son défi est de « trouver des moyens pour encourager les membres de cette diaspora qui ont l’avantage d’être nés en Algérie, qui parlent la langue de leur pays d’origine, qui y ont leur famille, qui veulent faire des affaires là-bas et disposent d’une bonne expérience aux Etats-Unis.».

De nombreuses discussion ont déjà eu lieu avec le gouvernement algérien dans la façon de « promouvoir l’esprit d’entreprise » en saluant au passage les « excellentes réponses » fournies par la partie algérienne. Une feuille de route interministérielle devrait être établie prochainement par le gouvernement algérien afin d’apporter « une contribution concrète de cette diaspora dans la création et la promotion de start-up en Algérie».

RH