L’Algérie double sa facture d’importation de ciment en 2013

0
Advertisement

Jamais la facture des importations de ciment n’a été, peut-être, aussi «salée». Selon des chiffres publiés, aujourd’hui, par les Douanes algériennes, les importations ont connu, durant les quatre premiers mois de l‘année en cours, une hausse de plus de 100% par rapport à la même période de l’année dernière.

Une facture qui a atteint 116,2 millions de dollars, contre 53,4 millions de dollars lors de la même période durant l’année 2012. En somme, l’Algérie a importé en début de cette année, 1,313 millions de tonnes, contre 606 625 tonnes durant les quatre premiers mois de l’année dernière. Une hausse très importante qui va, selon toute vraisemblance, continuer sur la même lancée durant les mois à venir. Au-delà des explications des uns et des autres, quant à la cause de cette hausse, centrées essentiellement autour du lancement des projets durant les printemps et étés, c’est le fait que ces importations en masse n’ont pas apparemment contribué à faire baisser le prix du ciment, en hausse lui aussi sur la marché national, depuis quelques mois déjà. Pourtant, certains opérateurs ne cessent de demander le renforcement des importations afin de «réguler» les prix.

Finalement, il est clair que la «spéculation» résiste aux règles du marché et que la disponibilité du produit ne suffit pas pour faire baisser les prix. «Il suffit qu’une seule cimenterie effectue un arrêt technique pour la maintenance de ses installations que les spéculateurs en profitent pour créer une tension en stockant du ciment pour le revendre à des prix excessifs», avait déclaré, dans des propos rapportés par l’APS, Abdelkrim Selmane de l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA). Le groupe publique GICA (Groupe industriel des ciments d’Algérie), plus grand producteur national de ciment, est chargé, entre autre, d’importer ce produit. La production nationale est de 18 millions de tonnes, dont 11,5 assurés par GICA. Selon des statistiques, le déficit est de 5 millions de tonnes.

Elyas Nour

Article précédentBrésil : des enfants atteints du cancer deviennent des super-héros
Article suivantLes franchises de restauration étrangères grignotent petit à petit Alger