Banque mondiale

L’Algérie a exprimé sa colère et son mécontentement face au rapport publié par la Banque mondiale sur sa situation économique et sociale.

L’Algérie a exprimé son rejet et sa condamnation de ce que le rapport portait dans sa forme et son contenu, le qualifiant d’ingérence flagrante et de « tentative désespérée de le déstabiliser ».

Après que le rapport a déclenché une large controverse sur les réseaux sociaux, il a été nécessaire de dévoiler les données contenues dans le rapport de la banque.

La Banque mondiale a déclaré que bien que l’Algérie ait obtenu des résultats honorables au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les indicateurs de pauvreté diffèrent entre les zones urbaines et rurales, notant que les régions du nord sont confrontées à des niveaux de « privation » inférieurs à ceux du reste des régions.

La Banque mondiale a confirmé que le taux de pauvreté multidimensionnelle en Algérie est passé de 2,1 à 1,4% entre 2013 et 2019, ce qui est bien meilleur qu’au Maroc, en Tunisie, en Égypte et en Irak, selon la même source.

La banque a souligné l’existence de grandes différences dans le taux de pauvreté entre les différentes régions du pays, soulignant que les taux de pauvreté ont atteint 4,4% dans les hauts plateaux, 2,6 dans la région de l’Upper West et 2,3 dans le Sud, selon le Site Internet d’Algérie Éco, spécialisé dans le rapport de la Banque mondiale.

La Banque a signalé que le nombre d’enfants bénéficiant d’une éducation préscolaire a augmenté, mais que certaines régions ont peu progressé.

La banque a souligné que les conditions de vie se sont améliorées, mais que la connexion Internet est toujours lente.

Concernant la pauvreté, le rapport indique que l’Algérie a fait des progrès dans sa lutte contre la pauvreté

Article précédentL’Algérie rend hommage aux champions du monde du concours de conception de robots
Article suivantAlgérie Foot : Djamel Belmadi reçoit un nouveau coup douloureux du continent européen