tebboune erdogane

L’Algérie a proposé à la Turquie de nouveaux partenariats dans les secteurs de l’énergie et des mines dans le cadre de la nouvelle loi sur les hydrocarbures.

Le ministre de l’ Énergie , Mehmet Arkab, a offert à l’ambassadeur turc Mahinur Ozdemir Goktash, selon un communiqué du ministère, la possibilité de mettre en œuvre des investissements turcs dans les domaines de la recherche, de l’exploration pétrolière, du développement de l’industrie pétrochimique, de la production et du transport d’électricité.

Les deux responsables ont également évoqué les préparatifs en cours pour la tenue du comité mixte gouvernemental algéro-turc, qui sera présidé par le ministère de l’Energie et des Mines, et au cours duquel un forum d’affaires sera organisé.

A son tour, l’ambassadrice Koktash s’est déclarée satisfaite des relations de coopération entre les entreprises des deux pays, et a exprimé l’intérêt des entreprises turques à renforcer leur présence en Algérie, selon le journal Al-Quds Al-Arabi, cité par l’agence Anadolu.

Cela est intervenu après que le ministre Mohamed Arkab a reçu l’ambassadeur de Turquie en Algérie Mahinur Ozdemir Goktash.

Selon le communiqué, le ministre et l’ambassadeur de Turquie ont passé en revue les relations de coopération et de partenariat entre les deux pays, qui sont qualifiées d’excellentes, et les perspectives de leur développement, en intensifiant la coopération dans le domaine de l’énergie et des mines, et en explorant les opportunités commerciales et perspectives futures d’investissement.

Il est à noter que des travaux sont actuellement en cours pour mettre en œuvre un projet pétrochimique entre Sonatrach et la société turque « Renaissance Holding », dans l’Etat d’Adana, au sud de la Turquie.

Le coût financier du projet est de 1,4 milliard de dollars, avec une participation de 66% pour « Renaissance Holding » et 34% pour « Sonatrach ».

L’Algérie a adopté en décembre 2019 une nouvelle loi sur les hydrocarbures qui prévoit des incitations pour les entreprises étrangères, qui bénéficieront d’exonérations fiscales et douanières, notamment pendant la période de recherche, d’exploration et d’exploration.