L’Algérie a plaidé vendredi 28 septembre à l’ONU « pour la criminalisation du paiement des rançons aux groupes terroristes  pour la libération d’otages, dans le cadre du parachèvement du dispositif légal  international contre ce fléau ».

« Dans le cadre de la réunion de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme nucléaire, organisée en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, la délégation  algérienne a indiqué que l’Algérie estime que le parachèvement de l’architecture  légale contre le terrorisme commande l’adoption d’une convention globale de  l’ONU contre le terrorisme devant intégrer la criminalisation du paiement des  rançons aux groupes terroristes pour la libération d’otages », rapporte ce samedi 29 septembre l’APS.

« La représentante de l’Algérie a souligné que cette réunion  est l’occasion de réaffirmer l’engagement commun de lutter contre le terrorisme  dans toutes ses manifestations dont le terrorisme nucléaire. Elle a également considéré que la lutte contre le terrorisme nucléaire  ne peut être isolée des efforts requis pour le désarmement et la non-prolifération,  afin de libérer le monde du danger que représentent les armes de destruction  massive », ajoute la meme source.

« La délégation algérienne a affirmé que l’Algérie apporte  sa contribution au cadre multilatéral global visant à combattre le terrorisme nucléaire, tout en rappelant avoir adhéré à l’ensemble des instruments de lutte  antiterroriste », est-il ajouté.

A. B. S.

Article précédentSOS disparus marque le point pour dénoncer la réconciliation nationale
Article suivant14 personnes décèdent dans un accident de la route à Adrar