Lamamra

Le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a adressé un message fort à la France et aux pays partenaires, les appelant à comprendre le principe de l’Algérie, qui repose sur le fait de ne faire aucune concession et ne permettra aucune ingérence dans ses affaires intérieures.

Dans une interview à l’agence turque Anadolu, le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a exprimé le rejet catégorique de l’Algérie des déclarations du président français Emmanuel Macron, les qualifiant de « grave erreur ».

Et il a ajouté : « Les règles sont claires. Si notre souveraineté, notre indépendance et nos droits légitimes sont respectés, nous sommes prêts à coopérer avec ce partenaire, sinon nous sommes prêts à y faire face. »

Lamamra a ajouté que l’Algérie a réussi à faire face à cette situation des relations algéro-françaises à tout moment, d’autant plus que ces deux derniers ont une histoire longue, difficile et complexe.

Le même porte-parole a souligné que l’Algérie a toujours préservé sa réputation, ses droits et sa souveraineté devant la France et tout autre pays.

Le premier homme du diplomate algérien a déclaré que les déclarations de Macron visaient à gagner le soutien de l’extrême droite, dans l’espoir d’être élu pour un second mandat présidentiel en avril 2022.

En revanche, Lamamra estime que les relations de l’Algérie avec des pays frères comme la Turquie ne seront pas affectées, quelle que soit la cause du problème entre la France et l’Algérie.

Il a déclaré à Lamamra que son pays ne souhaite gérer aucun problème avec ses partenaires internationaux par le biais des médias, mais plutôt par des moyens diplomatiques.

Il a expliqué que la Turquie est un acteur international très important avec lequel l’Algérie a des liens historiques profonds et des liens moraux forts, et les deux parties cherchent à renforcer leurs relations conjointes, a ajouté le même porte-parole.

Il a ajouté que la Turquie avait contribué de manière significative au processus de développement en Algérie ces dernières années, ce qui a fait que l’Algérie attend avec impatience davantage de relations de partenariat et d’investissements turcs dans les prochains jours.

Il a ajouté que son pays soutient l’établissement de relations de partenariat qualitatives avec la Turquie, qui incluent tous les domaines, exprimant son optimisme à cet égard.

Article précédentAlgerie Foot: Dolor révèle des faits nouveaux dans l’affaire de son « coup d’État » contre « les Verts »
Article suivantIls proposent des voitures à un prix imbattable / les concessionnaires interpellent le président Tebboun