Coupe du Monde 2022 au Qatar ? Une « erreur » pour la FIFA

    0
    Qatar Coupe du Monde 2022
    Advertisement

    Le président de la FIFA, Sepp Blatter, reconnait que l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar était peut-être « une erreur ».

    Sepp Blatter regrette-t-il que la FIFA ait attribué la Coupe du Monde 2022 au Qatar ? Il semblerait, puisque le président de la Fédération internationale de football a reconnu dans une interview que le choix de ce pays de la péninsule arabique pour accueillir la compétition de football n’avait pas été des plus pertinents.

    « Il se peut bien que nous ayons commis une erreur à l’époque » déclare le patron de la FIFA au site sportif Insideworldfootball.com. Et ce n’est pas la première fois que Sepp Blatter émet de telles réticences. En juillet dernier, il avait déjà fait marche arrière en faisant part de son désir de voir les matchs se disputer en hiver plutôt qu’en juin, en raison de la chaleur excessive l’été.

    Sepp Blatter vient donc ajouter sa voix au concert des réticences depuis l’attribution du Mondial 2022 au Qatar. Dans une enquête publiée en janvier 2013, France Football accusait le pays d’avoir acheté des votes pour s’offrir la compétition. Pour preuve, le magazine citait un mail interne écrit en mai 2011 par Jérôme Valcke, secrétaire général de la FIFA, et adressé au vice-président de l’organisation dans lequel on pouvait lire :

    Ils ont acheté le Mondial 2022.

    Malgré ses réticences, Sepp Blatter ne compte pas retirer le Mondial 2022 au Qatar. Selon lui, la fédération est « déterminée à apporter la Coupe du monde au Moyen-Orient et à donner la joie au peuple de cette région. » Pour le patron du football mondial, l’Europe n’a d’ailleurs plus à dicter sa loi au reste du monde :

    Il faut prendre en considération les réalités politiques et géopolitiques. La Coupe du monde est l’épreuve mondiale la plus importante, même si ce n’est pas la seule organisée par la FIFA. Qui sommes-nous, nous les Européens, pour exiger que cette compétition réponde avant tout aux besoins des 800 millions d’Européens ? Il est grand temps que l’Europe commence à comprendre qu’elle ne dirige plus le monde et que d’anciennes puissances impériales ne peuvent plus imposer leur volonté à d’autres.

    Son discours géopolitique devrait en calmer plus d’un.

    Article précédentMokri : « tant que les règles du jeu ne sont pas définies, je ne me présenterai pas à la présidentielle »
    Article suivantL’autoroute gratuite, c’est bientôt fini en Algérie