Le BCG est introuvable: une catastrophe !

    0
    Advertisement

    De nombreux établissements de santé de proximité connaissent une vraie pénurie en vaccins destinés aux nourrissons, notamment le BCG, un vaccin utilisé contre la tuberculose et comme traitement préventif des cancers de la vessie.

    Cette situation n’a pas manqué d’engendrer chez les parents, préoccupations, inquiétudes et surtout craintes pour la santé de leurs nouveaunés. Ainsi et à l’instar des autres vaccins pour nourrissons, l’indisponibilité du BCG au niveau des structures de santé, dure depuis près de trois mois et ce, malgré l’importance de ce vaccin pour les nourrissons. Une chose ayant suscité beaucoup d’inquiétude chez les parents qui s’interrogent ainsi sur les raisons poussant à cette pénurie et les graves conséquences sur la santé des bébés.

    En ce sens, certains parents diront qu’ils se rendent régulièrement dans les différents centres sanitaires, à la recherche de ce vaccin, mais sans résultat. D’autres parents préciseront qu’ils attendent ce vaccin depuis près d’un mois et leurs bébés ne sont toujours pas vaccinés. Sur le même volet, certains parents inquiets pour la santé de leurs bébés, avoueront avoir acheté ce vaccin entre 1.000 et 2.000 Da, sans pour autant nous dévoiler comment ils ont pu se le procurer, sachant que ce vaccin est interdit de vente dans les pharmacies et il n’y a que dans les établissements hospitaliers qu’on peut le trouver.

    Une donnée qui suscite des interrogations sur la façon dont ces parents se sont procuré ce vaccin alors qu’il n’est plus disponible dans les hôpitaux. Concernant les établissements de santé de proximité, notamment celui d’El Ghoualem à El Hamri, une source indiquera que ce vaccin n’était pas disponible, vu qu’habituellement la vaccination au BCG s’effectue dans le service où le bébé est né.

    Or, cela n’empêche pas qu’on trouve ce vaccin dans les établissements de proximité, même s’il y a des perturbations régulières dans sa disponibilité. Concernant ces perturbations, la source n’a pu nous répondre. Hélas, ces fréquentes pénuries n’épargnent pas également les autres vaccins destinés aux enfants en bas âge. Des pénuries qui selon nos informations sont dues au retard qu’accuse l’Institut Pasteur d’Alger dans l’approvisionnement des vaccins à travers les wilayas du pays. Alors que plusieurs médecins approchés indiqueront que la vaccination des enfants en bas âge est strictement nécessaire et ce, afin d’éviter d’éventuelles complications sanitaires.

    Lu sur La Voix d’Oranie 

    Article précédentAlgérie : des présidentielles en décembre 2013 à cause de l’état de santé de Bouteflika ?
    Article suivantTurquie : Erdogan anti-alcool jusqu’au bout