africom_emblem Le commandant du commandement militaire des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom), le général William Ward, est arrivé mercredi à Alger, dans le cadre d’une visite officielle en Algérie.

A son arrivée à l’aéroport international d’Alger, le commandant d’Africom a été accueilli par le général major Abdelhamid Ghriss, chef du département organisation et logistique à l’état major de l’Armée nationale populaire (ANP, régulière) et le général Mekri Noureddine, directeur des relations extérieures et de la coopération au ministère de la Défense, ainsi que par l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger et l’attaché de défense auprès de l’ambassade américaine.

Le 6 octobre 2007 à Alger, le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci avait réitéré le refus de l’Algérie sur l’implantation de bases militaires étrangères sur son sol.

« La souveraineté de l’Algérie est non négociable et il n’est pas question aujourd’hui d’ouvrir la voie à la création de bases militaires étrangères en Algérie », a fait remarquer le ministre algérien, interrogé par la radio nationale.

Le terrorisme est un phénomène transnational et chaque pays doit s’organiser dans la lutte anti-terroriste à l’intérieur de ses frontières, a-t-il poursuivi.

« Il ne s’agit pas de déposer les bases » là où il y a le terrorisme, a ajouté le ministre algérien.

En 2007, l’Algérie fait partie des pays africains qui auraient été approchés par les Etats-Unis pour l’installation de l’Africom.

2009-11-25 xinhua

Article précédentRDV. Hommage à Kateb Yacine
Article suivantFRANCE – "Dégage, sale Arabe !"