L’ambassade du Japon vient officiellement d’annoncer l’ouverture de la procédure de sélection de la bourse gouvernementale du Japon pour le départ en 2016. La bourse du gouvernement du Japon « Bourse Monbukagakusho » est proposée aux meilleurs étudiants et chercheurs algériens.
La procédure de sélection dans le cadre de la bourse gouvernementale au Japon s’adresse aux brillants étudiants et chercheurs. Le niveau Master et plus (en vue de l’obtention du master ou doctorat au Japon) est ouvert à ceux qui ont moins de 35 ans et qui ont déjà obtenu ou sont sur le point d’obtenir avant le départ au Japon leur diplôme du niveau licence ou plus. Le niveau licence (en vue de l’obtention d’une licence au Japon) est ouvert à ceux qui ont entre 17 et 22 ans et qui ont déjà obtenu ou obtiendront leur baccalauréat. Il n’existe en principe pas de restriction de domaine d’études mais la demande des stages professionnels n’est pas acceptée dans le cadre de cette bourse. Les candidats intéressés par ce concours doivent parfaitement maîtriser l’anglais. Les formulaires d’inscription sont à télécharger sur le site de l’ambassade du Japon. Par ailleurs, les candidats intéressés doivent présenter également une liste de documents dont principalement les diplômes.

Les candidats intéressés doivent déposer leur dossier à l’ambassade du Japon directement ou envoyer par la poste avant la date limite avant le 31 Mai 2015. Les candidats retenus après l’examen des dossiers seront convoqués à l’Ambassade pour passer des épreuves écrites. Les candidats retenus après les épreuves écrites seront convoqués de nouveau à l’Ambassade pour passer un entretien. Les plus brillants qui parviennent à passer l’entretien seront recommandés par l’Ambassade au MEXT (Ministère de l’Education, de la Culture, du Sport, de la Science et de la Technologie du Japon). Le résultat final sera annoncé chaque année vers le mois de février. Pour plus d’informations, ci-joint le site de l’ambassade : http://www.dz.emb-japan.go.jp/cl-brs.html.

Article précédentFuite des cerveaux : 268 000 algériens vivent et travaillent à l’étranger
Article suivantGaz de schiste : In Salah en quête d’un second souffle