Les travailleurs japonais du site gazier de Tiguentourine envisagent bel et bien de poursuivre leur travail. C’est du moins ce qu’a assuré l’ambassadeur du Japon en Algérie, Tsukasa Kawada. Ce dernier, dans un entretien accordé au quotidien El Watan, il explique que les expatriés japonais  « ont l’intention de continuer la coopération entre le Japon et l’Algérie ». Je sais que la société JGC (entreprise japonaise intervenant à In Aménas, ndlr) a clairement l’intention de poursuivre le travail, ici. Je ne sais pas exactement ce qu’ils vont faire à In Amenas », a-t-il encore ajouté.

Cependant, Tsukasa Kawada a fait savoir que la société japonaise a exigé comme condition sine qua non le renforcement de la sécurité à In Amenas. En effet, si les conditions de sécurité ne s’améliorent pas, la société japonaise pourrait envisager suspendre ses activités en Algérie, a prévenu l’ambassadeur japonais. « La société veut le renforcement de la sécurité, et moi aussi j’ai exprimé cette demande auprès des autorités algériennes. Il y a également le vice-ministre japonais (chargé des Affaires étrangères, ndlr) qui est venu pour demander directement au ministre de l’Intérieur et au Premier ministre le renforcement de la sécurité », a expliqué le diplomate japonaise qui n’a pas manqué de précisé que le renforcement de la sécurité autour du site gazier de Tiguentourine demeure « la première condition pour continuer notre coopération ».

Article précédentLa censure en Algérie a fait mal à Nadir Moknèche
Article suivantRabah Madjer : « J’ai de graves révélations concernant Raouraoua »