Retournement de situation à Oran. Toute la presse locale en faisait l’écho, mercredi matin: le maire d’Oran n’a pas été démis de ses fonctions. Mieux encore, il y est toujours et en position de force. Après un tête-à-tête avec le wali d’Oran, les autorités locales semblent opter, selon ces mêmes sources, pour le maintien du P/APC d’Oran, Benkada Sadek à la tête de la plus grande commune d’Algérie. Motif : «Une lecture des événements qui repose sur l’irrecevabilité du retrait de confiance qui ne serait pas, avance-t-on, clairement motivé», explique l’Echo d’Oran.

Dans son bras de fer avec les 33 élus qui voulaient faire passer un retrait de confiance à son encontre, Benkada Sadek a même pu se faire entendre où niveau de la tutelle: «certaines informations font état de la présence d’une commission d’enquête dépêchée par le département de l’Intérieur suite au rapport de M. Benkada qu’il aurait adressé au wali d’Oran où il dénonce les agissements de certains élus de l’actuelle Assemblée ainsi que d’autres de l’Assemblée sortante», rajoute cette même source.

Toutes ses informations restent du domaine du conditionnel et l’épilogue de ce triste épisode est plus que nécessaire pour une ville comme Oran. Car «pendant ce temps de guerre intestine, la capitale de l’Ouest continue de sombrer dans un décor déplorable, jamais vécu auparavant», s’attriste des citoyens oranais, rencontré par «algerie-focus.com».

M.B.

Article précédentLu dans la presse étrangère. La rechute du dinar algérien surprend les opérateurs
Article suivantCinq terroristes abattus à Tébessa