Mohamed Smaïn, qui avait été arrêté le 19 juin dernier dans sa ville de Relizane vient d’être relâché par la justice algérienne.

Accusé de dénoncer les disparitions de personnes pendant les années 1990, le militant des droits de l’homme avait été poursuivi pour diffamation et condamné à deux ans de prison ferme en 2002. Suite au rejet de son pourvoi en cassation, Smaïn s’était retrouvé à la prison de Relizane, dans laquelle il est finalement resté deux semaines.

Sa libération a été facilitée par la mobilisation de la société civile et des autres militants, très actifs en Algérie et sur internet.

Smaïn, également ancien vice-président de la LADDH, est retourné hier dans sa famille.

Sarah Haderbache