oxygène

Algérie: Les spécialistes et le suivi des affaires épidémiologiques ont exprimé leur inquiétude face au nombre élevé de blessures Corona, notamment avec l’émergence de la souche « Omicron », qui se propage très rapidement.

A cet égard, le Ministère de l’Industrie Pharmaceutique a pris des mesures volontaristes afin de contrôler le stock d’oxygène et d’éviter toute crise qui pourrait être provoquée par une éventuelle pénurie de cette substance vitale.

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed, a instruit les établissements de production d’oxygène de produire une quantité importante de cette substance afin d’assurer le remplissage maximum des différents conteneurs de stockage et bouteilles d’oxygène médical répartis sur le territoire national.

Le ministre a appelé les responsables de ces institutions à informer les services compétents du ministère de l’Industrie pharmaceutique dans les meilleurs délais et sur une base hebdomadaire de leurs programmes de stockage d’oxygène et de leurs estimations de stock de flacons circulant dans les magasins.

Le ministère a également révélé, dans un communiqué, que la réunion de coordination présidée par Ben Bahamed, en présence de cadres des ministères de l’Énergie, des Mines, de l’Industrie et des Producteurs d’oxygène, a permis de faire le point sur les moyens de transport logistiques au niveau de la production. établissements.

La même autorité a précisé que la flotte désignée pour le transport d’oxygène médical se compose de 69 camions de capacités différentes, alors qu’elle sera soutenue par 14 autres camions d’une charge de 20.000 litres appartenant au complexe « Sontrach ».

Lors de la vague précédente du virus Corona, l’Algérie a connu une crise d’oxygène étouffante.

Il est rapporté qu’un membre du comité scientifique pour le suivi et la surveillance du virus Corona, Elias Akhamouk, a déclaré qu’après l’entrée du mutant « Omicron » en Algérie, nous assisterons à une augmentation rapide du nombre d’infections. dans les prochains jours, notamment avec le « faible taux de vaccination ».