Le ministère de l’Education nationale a démenti l’information selon laquelle des éducatrices des écoles coraniques vont encadrer les enfants du préscolaire au sein des écoles du secteur public.

Le département de la ministre Nouria Benghebrit a affirmé, dans un communiqué repris par l’APS, « qu’il n’a jamais été question de recruter les éducatrices des écoles coraniques pour encadrer les enfants du préscolaire des écoles publiques. C’est de l’inverse dont il s’agit, à savoir, apporter aux écoles coraniques l’expertise scientifique et pédagogique nécessaire à l’accomplissement de leur noble mission ».

Selon la même source, une concertation est engagée « au plus haut niveau » entre le Ministère de l’éducation nationale et celui de la Religion et des Waqf, afin « d’initier l’encadrement des éducatrices au référentiel de formation de l’éducation préparatoire », indique encore l’agence de presse officielle. Cette concertation est engagée dans le but d’offrir aux élèves du préscolaire d’acquérir une base « indispensable » afin de mieux aborder le cycle primaire.

Dans un autre registre, le ministère de l’Education nationale rappelle que la gestion matérielle des écoles primaires relève des APC (hygiène, entretien, cantines, transport, chauffage, gardiennage…). Néanmoins, celui-ci a engagé des « réflexions » pour soulager les directeurs des écoles primaires de la lourde tâche de la gestion financière de leurs établissements. La tutelle pédagogique relève exclusivement du ministère de l’Education nationale. Toujours selon l’APS, « le ministère de l’Education nationale a, à cet égard, exprimé sa « ferme » détermination à redonner à l’acte pédagogique et éducatif « toute sa place » dans les attributions du directeur d’école primaire ».

Arezki IBERSIENE

Article précédentAlgérie : une commission de censure pour la distribution des films
Article suivantLe limogeage de Belkhadem officialisé