Abderrachid Tebbi

Algérie: Après le retour de la question de la crise du huile de table sur le devant de la scène, le ministre de la Justice, garde des sceaux, Abderrachid Tebbi, a révélé qu’il y avait un nombre effrayant de contrebande.

 Abderrachid Tebbi a déclaré à cet égard, lors d’une séance publique pour discuter d’un projet de loi organique lié à la compétence du Conseil d’Etat, aujourd’hui mardi, « Nous ne pouvons tolérer les passeurs, et vous voyez ce qui se passe récemment avec la crise de huile « .

Le même responsable a abordé la question de l’aide juridictionnelle en déclarant : « L’Algérie est l’un des rares pays à adopter un système d’aide juridictionnelle très simple ».

Le même ministre a expliqué : « Le texte de l’aide juridictionnelle a été radicalement modifié en 2009, et il n’est pas ancien, étant donné que la loi a été promulguée en 1971.

A cet égard, Tebbi a confirmé qu’un ressortissant étranger résidant en Algérie a le droit de bénéficier de l’aide juridictionnelle, notant que l’Algérie est très clémente en matière d’aide juridictionnelle et ne mène pas d’enquêtes complexes.

Dans ce contexte, le ministre de la Justice a souligné que « les Algériens n’aiment pas les avocats de l’aide juridictionnelle, mais préfèrent plutôt un avocat avec de l’argent ».

Revenant à l’aide juridictionnelle, Tebbi a déclaré : « La loi ne soutient pas seulement l’accusé, mais toute personne physique ou morale qui peut bénéficier de l’aide juridictionnelle, soulignant que le travail sera élargi en menant des actions d’intérêt public à l’avenir.