ministre de la Santé

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a révélé que 50 000 nouveaux cas de cancer sont enregistrés chaque année en Algérie.

En supervisant la journée de sensibilisation qu’il active en commémoration du mois rose d’octobre, le ministre a souligné que le cancer du colon, le cancer du rectum et le cancer du sein sont parmi les cancers les plus répandus en Algérie.

Le même porte-parole a souligné que 14.000 cas de cancer du sein ont été enregistrés en Algérie cette année.

Dans le même contexte, le ministre de la Santé a expliqué que son département ministériel a élaboré un plan national de prévention, de dépistage précoce, de dépistage et de traitement, notant que l’Etat mobilise les moyens matériels et humains nécessaires.

Un réseau national a également été activé pour surveiller les informations sur les patients, afin de fournir des informations précises sur les personnes atteintes de cancer, en plus de créer 40 départements, 77 unités de chimiothérapie et 20 centres pour les patients atteints de cancer, selon le même responsable.

Le ministère du Logement, de l’Urbanisme et de la Ville a annoncé, à la mi-septembre, le début de l’achèvement de 15 centres de lutte contre le cancer dans plusieurs États, d’une capacité de 60, 120 et 240 lits.

Il est à noter que l’Algérie a enregistré, au cours de l’année 2020, 60 mille nouveaux cas de cancer.

Dans ce contexte, le coordinateur du Programme national de lutte contre le cancer, le professeur Massoud Zitouni, a révélé plus tôt que le patient atteint de cancer coûte 30 000 $ par mois au trésor public.

Masoud Zitouni a précisé que les centres de lutte contre le cancer en Algérie ne manquent pas d’équipements, mais plutôt de compétences qualifiées, soulignant que tous les médicaments utilisés dans le traitement du cancer sont produits et importés de l’étranger .