Le secteur du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique a créé hier sa propre Confédération Générale du Patronat de l’Algérie en regroupant cinq organisations patronales.

La création de cette section vise à défendre les intérêts des entreprises et à garantir un interlocuteur valable et crédible avec les services publics.

La Confédération vient remplacer l’Union Générale des Entrepreneurs Algériens qui avait montré ses limites de capacités et de moyens.

Les représentants du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme et du ministère de la Formation professionnelle étaient tous présents à cette assemblée. Le président de la nouvelle Confédération, Abdelmajid Dennouni, a énoncé les objectifs pour cette année.

La constitution de la Confédération répond au besoin d’unifier les propositions des très nombreux adhérents, dans ce secteur qui compte près de 30 000 entreprises et 800 000 emplois.

« Nos problèmes restent spécifiques au secteur et il faudra soumettre des préoccupations réelles pour avoir les solutions adaptées », explique Dennouni.

Il évoque également les problèmes liés aux cahiers de charges, aux codes des marchés, à la concurrence déloyale, au non-paiement des entreprises et aux charges fiscales et parafiscales.

« Il faut une loi qui protège l’entrepreneur », conclut M. Dennouni.

Sarah Haderbache

Article précédentUn réseau francophone pour la responsabilité sociétale
Article suivantL’Algérie, le pays le plus heureux d’Afrique