blank

La flambée des produits alimentaires se poursuit en Algérie. Les prix des produits agricoles continuent, eux-aussi, de grimper au grand dam des consommateurs algériens qui assistent, impuissants, à l’effritement de leur pouvoir d’achat. Ce constat se vérifie chaque jour dans les marchés. Pour sa part, l’office national des statistiques (ONS) vient de confirmer que l’inflation repart, une nouvelle fois, à la hausse. Pour preuve, l’indice des prix à la consommation s’est établi en hausse à 8,1% à Alger au mois de novembre dernier. L’année dernière, à la même période, cette hausse n’était que de l’ordre de 4,3% !

D’autre part, le rythme d’inflation s’est situé également à 8,6% en novembre dernier contre 8,3% un mois auparavant, explique encore l’ONS qui prend, comme à chaque fois, comme référence l’indice des prix à la consommation de la ville d’Alger pour calculer le taux d’inflation national. L’ONS nous explique également la hausse de l’inflation s’explique essentiellement par l’augmentation de plus de 22,6% des prix des produits agricoles frais. Il est à souligner que les produits alimentaires en général ont augmenté de 12% avec 22,6% pour les produits agricoles frais et 3,3% pour les produits alimentaires industriels, indique l’ONS. La plupart des autres produits alimentaires sont en forte hausse, notamment la viande de poulet (41,6%), la viande de mouton (31,8%), le poisson frais (28,2%) et les oeufs (18,6%). La pomme de terre, quant à elle, a augmenté de 16,9% et les légumes frais de 14,2%. Cette hausse vertigineuse des prix prouve parfaitement que l’inflation a érodé le pouvoir d’achat des Algériens. Et ces derniers se demandent si « ce supplice » va encore perdurer longtemps…

 

Article précédentRevue de presse nationale et internationale du 24/12/2012
Article suivantAlgérie : recrutement massif dans l’Education dès 2013