laser Une lettre d’intention pour le développement de systèmes laser industriels a été signée mardi à Alger entre le Centre de développement des technologies avancées (CDTA) et le groupe international Quantel. La lettre a été signée par le directeur du CDTA, Karim Henda, et le vice-président de Quantel, Philippe Aubourg, en présence du directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Hafid Aourag.

L’objectif visé par le rapprochement entre le CDTA et Quantel est de mener en partenariat des projets de développement de systèmes laser orientés vers l’industrie nationale, régionale et continentale, souligne un communiqué du ministère rendu public à cette occasion. La même source précise qu’un premier projet sera lancé dès octobre 2009 portant sur le développement d’un système laser de marquage basé sur une source laser à fibre, relevant que ce système est très utilisé dans la sérigraphie mais aussi et surtout dans le marquage de toutes les industries, légères comme lourdes, comme l’industrie pharmaceutique, mécanique et agroalimentaire. Un deuxième projet portant sur un système laser destiné à la soudure est en maturation entre les deux partenaires, indique la source. Intervenant à cette occasion, M. Aourag a qualifié la signature de cette lettre d’intention d’«évènement important» pour la recherche scientifique en Algérie et qui coïncide, a-t-il ajouté, avec la signature au cours de cette semaine d’un autre contrat avec un partenaire allemand pour l’étude et la réalisation d’une tour solaire en Algérie. «Cette lettre d’intention est le premier pas vers une mise en place de l’industrie du laser en Algérie», a-t-il souligné, avant d’affirmer que le premier prototype sera réalisé avant juin 2010.

Une carte sismologique et géologique

Il a également saisi cette occasion pour annoncer la signature d’un contrat entre le ministère de l’Intérieur, Sonatrach et sa direction avec l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) pour la réalisation d’une carte sismologique et géologique de l’Algérie. Pour sa part, M. Aubourg a rappelé d’emblée que la relation entre Quantel et le CDTA date de plus de trente (30) ans, ajoutant qu’avec la signature de cette lettre d’intention, cette relation ne sera plus celle de fournisseur-client mais une relation de partenariat. Il a, par ailleurs, souligné que le laser intervient partout dans la vie quotidienne des gens, affirmant que l’Algérie dispose de compétences dans le domaine photonique à même de lui permettre de développer une industrie de laser compétitive au niveau international.

De son côté, M. Henda a mis en exergue la volonté des pouvoirs publics de mettre la recherche scientifique au service du développement socio-économique du pays. Il a également mis l’accent sur la nécessité de regrouper les compétences nationales, qu’elles soient en Algérie ou à l’étranger autour de réseaux thématiques, comme celui de Nour 21 (réseau de micro et nanotechnologie photoniques). Placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, le CDTA est un centre de recherche scientifique en Algérie, dont les domaines de compétences recouvrent diverses thématiques comme l’architecture des systèmes et multimédia, les technologies de l’information et de la communication, la microélectronique et la robotique. Quantel est une société française leader mondial dans la fabrication de sources laser, présente dans plusieurs pays comme l’Allemagne et les Etats-Unis. Elle développe plusieurs types de sources laser connues pour des applications de spectroscopie, de gravure ou pour des applications médicales.

M.A.Y.
Avec Le Financier

Article précédentLe président Bouteflika reçoit une invitation du colonel El-Gueddafi
Article suivantAlgérie. Les personnes âgées autorisées à accomplir les rites du hadj