Le président de l’APC de Sidi M’hamed : « je ne veux pas que les salles de cinéma deviennent des lieux de débauche »

0
Advertisement

L’APC de Sidi M’hamed est au coeur d’une vive polémique. Le Président de cette APC, Nacerdine Zenasni a adressé le 13 janvier dernier une instruction à l’EPIC Founoun qui gère les deux salles de cinéma de cette commune, à savoir la salle Sierra Maestra et l’Afrique, pour ordonner la suspension des projections de films. Dimanche, le quotidien Liberté rapporte que la maire a donné cette instruction estimant que la projection de films « nuit aux bonnes moeurs » !

Contacté par nos soins, le maire de Sidi M’hamed, Nacerdine Zenasni, affilié au parti islamiste le MSP,  nous a confié qu’il n’est aucunement contre la projection d’un quelconque film. « Nous voulons seulement éviter que les salles de cinéma deviennent des lieux de débauche », reconnaît de prime abord notre interlocuteur qui a dénoncé au passage le comportement de ces couples qui profitent de la pénombre pour s’adonner à des pratiques sexuelles. « Nous sommes les premiers responsables de ces salles. Et dans ce contexte, nous voulons qu’elles demeurent des lieux de culture. Qu’un couple veut venir voir un film, c’est son droit, mais qu’il se comporte correctement », se défend encore le Président de l’APC de Sidi M’hamed d’après lequel les projections de films ont été suspendus temporairement en attendant qu’un nouveau staff soit installé à l’EPIC Founoun. Un nouveau staff qui tracera un programme culturel « digne de ce nom », a expliqué Nacerdine Zenasni qui se définit comme étant un « homme ouvert d’esprit ».

« D’ici une dizaine de jours, un programme culturel sera élaboré au profit de la salle Sierra Maestra. Nous comptons organiser diverses activités culturelles à l’instar des pièces de théâtre, ateliers de lecture et pourquoi pas des défilés de mode », a assuré en dernier lieu Nacerdine Zenasni qui s’engage à ce qu’il n’y ait aucune censure contre une oeuvre cinématographique.

Article précédentl’Etat algérien veut prendre le contrôle du complexe d’ArcelorMittal à Annaba
Article suivantAbderrezak Bouhara est décédé