prix du pétrole

Les prix du pétrole ont augmenté, vendredi, après une baisse en début de séance d’aujourd’hui et de séance d’hier, malgré l’annonce de l’accord de la Chine de se retirer de ses réserves de pétrole, après un accord avec Washington, qui pourrait intervenir prochainement pour freiner des prix encore supérieurs à 80 $ le baril, tandis que les restrictions affectaient les déplacements en Chine pour lutter contre l’épidémie de COVID-19 sur la demande de carburant.

Les contrats à terme sur le brut Brent ont augmenté de 0,36% à 84,77 $ le baril, et les contrats de brut de l’ouest du Texas ont augmenté de 0,1 à 82,2 $ le baril.

La Chine, deuxième consommateur mondial de pétrole, a suspendu certains vols internationaux et intensifié ses efforts pour freiner la propagation du virus dans la province de Tianjin, tandis que la souche mutée Omicron du virus Corona s’est propagée dans la ville de Dalian, au nord-est.

De nombreuses villes, dont Pékin, ont également exhorté les résidents à ne pas voyager pendant les vacances du Nouvel An lunaire, ce qui pourrait réduire la demande de carburant pendant la haute saison des voyages.

En 2021, la Chine a également enregistré la première baisse annuelle des importations de pétrole brut en 20 ans.

Hier, jeudi, le département américain de l’Énergie a déclaré avoir vendu 18 millions de barils de pétrole de la réserve stratégique à six sociétés.

Malgré cela, les deux indices de référence, le Brent et le West Texas Intermediate, devraient augmenter pour la quatrième semaine consécutive, soutenus par les inquiétudes concernant les approvisionnements et les préoccupations politiques en Libye et au Kazakhstan, et la baisse des stocks de brut américain au plus bas depuis 2018.