Le mort « suspecte » du wali d’Annaba n’arrête pas de faire réagir la classe politique algérienne. Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) « interpelle les pouvoirs publics qui ne doivent pas laisser la rumeur s’amplifier au risque d’alimenter une guerre des clans attisée par la fonte de la rente », écrit-il dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

Pour le parti de Mohcine Belabbes, « il appartient à la justice de se saisir d’un dossier qui concerne un drame humain et, probablement, une fois de plus, un dysfonctionnement institutionnel ». « Survenu dans une ville otage d’intérêts occultes, la justice ne peut rester plus longtemps silencieuse. Les résultats d’une enquête rigoureuse et transparente sont attendus par la famille du défunt et, plus généralement, l’opinion publique » écrit-il encore.

Le RCD met la justice devant sa responsabilité d’élucider cette mort suspecte du wali d’Annaba, Mohamed-Mounib Sendid, « L’éventuel refus de prendre en charge cette doléance serait en soi une réponse » conclut-il.

Article précédentCafouillage au gouvernement
Article suivantLa 3G fait grimper le taux de pénétration d’Internet en Algérie