Le Syndicat algérien de l’industrie pharmaceutique (SAIP) mène toujours sa campagne contre les produits guérissant «miracles», et particulièrement contre la pommade «Mebo».

Après que le président de ce syndicat, le Dr Abdelkrim Djebbar, ait animé une conférence de presse, à la fin du mois de mars dernier, voilà qu’il va jusqu’à opter pour une campagne médiatique. Ainsi, dans un placard publicitaire, paru aujourd’hui dans certains journaux, le SAIP indique que «des produits circulent, actuellement, sur le marché algérien qui est, par ailleurs, devenu un vaste chantier d’expérimentation». Ces produits, ajoute-t-on, «sont investis en médicaments avec des notices très souvent mensongères et fantaisistes».

Pour le syndicat, ceux-là «n’ont pas obtenu le label de contrôle de qualité qui est une garantie irréfutable pour protéger et préserver votre précieuse santé», s’adressant aux citoyens. Il est ajouté que «ces produits sont présentés sous forme de lotions, de comprimés, de pommade tels que Mebo, à base d’huile et de miel, qui prétend traiter quasiment toutes les pathologies et cicatriser les ulcères, mais aussi, parait-il, certains types de cancer de la peau». «Ne confiez pas votre santé aux charlatans, demandez plutôt à votre médecin de vous prescrire ou votre pharmacien de vous conseiller des médicaments enregistrés et contrôlés par les institutions de l’Etat algérien», lance le SAIP. Pour être plus clair, le syndicat écrit en gras dans son encart publicitaire : «La pommade Mebo, à base d’huile et de miel, c’est du pipeau». A noter, pour finir, que l’entreprise Epdis Spa, qui importe ce produit, avait indiqué que le Mebo bénéficie des autorisations du Ministère de la santé et du Commerce. En dernier lieu, il est utile de rappeler que le Mebo est un produit fabriqué par le groupe émirati Julphar (Gulf Pharmaceutical Industries).

Elyas Nour

Article précédentLe malade : un otage de la grève des médecins, dénoncent des associations algériennes
Article suivantSellal rassure l’Algérie : Bouteflilka se repose en France, « son pronostic vital n’a jamais été engagé »