Les Algériens ont-ils encore mangé de la viande d’âne ?

0
Advertisement

La viande d’âne pourrait bien être de retour dans les boucheries algériennes. La police a de nouveau saisi ce lundi 10 décembre une importante cargaison de carcasses d’ânes et d’ânons dans la ville de Tiaret.

La viande d’âne revient au coeur de l’actualité avec cette nouvelle découverte. Au moins une dizaine d’ânes morts ont été retrouvés dans le sud de Tiaret. Ils étaient destinés à être vendus à des bouchers. Ce n’est pas la première fois que cette viande est vendue aux consommateurs algériens, à leur insu, comme ce fut le cas il y a quelques mois, lors du Ramadan, où plusieurs dizaines de boucheries avaient été complices de cette arnaque. Des trafiquants d’ânes tuent les bêtes et les distribuent ensuite aux bouchers qui la font passer pour de la viande bovine ou ovine. De mauvaise qualité, la viande de l’âne est alors vendue au même prix que celle de l’agneau ou du mouton.

Ce trafic représente donc un marché juteux pour les revendeurs d’ânes qui n’hésitent pas à faire leur petit commerce non seulement en Algérie, mais également en Tunisie ou encore en Libye. En 2011, un important réseau algérien avait été démantelé à Bir el Ater, au sud de la wilaya de Tébessa. Les trafiquants avaient tenté de faire passer plusieurs quintaux de viande d’âne dans ces deux pays.

Article précédentBouteflika : « La démocratie comme option unique de gouvernance du peuple algérien »
Article suivantDates-clés de notre histoire 1830-2012 : que s’est-il passé le 11 décembre 1960?