La fédération algérienne de boxe française savate a brillé lors des derniers championnats du monde qui se sont déroulés en Bulgarie. Sur 11 athlètes, 10 ont ramené des médailles. L’équipe est composée de franco-algériens, formés en France à la boxe. Mais ces athlètes ont préféré participer à la compétition internationale en tant qu’algériens et ont fièrement représenter le pays. Hadi Boumoula, le président de la fédération revient sur cette performance et sur les espoirs portés sur ces sportifs de haut niveau.

L'équipe algérienne est revenue du championnat du monde de boxe française savate avec 2 champions du monde, 4 vice-champions du monde et 4 médailles de bronze / © FASBF

Pourquoi avoir voulu représenter les couleurs de l’Algérie lors de ce championnat? Et comment l’avez vous fait ?

Tout simplement parce que nous sommes Algériens et nous avons toujours eu la volonté et le potentiel de porter nos couleurs au plus haut niveau, nous avons boxé à l’échelle internationale pour la France en participant à plusieurs compétitions nationales et internationales par conséquent, nous avons acquis une certaine expérience que nous avons eu le plaisir de mettre au service de notre pays en apportant toute notre connaissance et savoir-faire aux Algériens. Les championnats du monde ont toujours été dominés par la délégation française, d’où l’envie d’apporter de la rivalité afin de valoriser le titre mondial et d’augmenter le niveau tout simplement, cela permettra à la savate de gagner en crédibilité.

Avec mon ami et vice-président, Mr Mezaache Anthony, algérien lui aussi, et ancien athlète de haut niveau tout comme moi, nous avons décidé d’un commun accord de mettre en place la Fédération Algérienne de Savate Boxe Française, mais cela n’était pas si facile. Après avoir pris contact avec la Fédération Internationale de Savate pour connaître les démarches  nécessaires à la création d’une fédération algérienne de savate, nous avons demandé et obtenu l’agrément de la fédération internationale, et par la même occasion, la reconnaissance de la fédération algérienne,  et la possibilité de représenter l’Algérie dans toutes les compétions internationales. Nous avons décidé de mettre en place une délégation algérienne pour participer au championnat du monde 2012 en Bulgarie, cela fut un peu compliqué car emmener toute une équipe algérienne engendre des frais mais heureusement nous avons eu des partenaires tel que Adidas, Mr CHEBAB d’Oasis Graphique, le club de romans et des fonds propres, qui nous ont aider à mettre tout cela en place. Merci encore à nos partenaires.

10 médailles pour 11 boxeurs, on peut parler de réussite, quel est votre sentiment? Et quelles sont les clés de cette réussite ?

Oui tout à fait on peut parler de réussite, car c’est la première fois qu’une jeune délégation arrive à avoir de tels résultats, 10 médailles sur 11 avec 2 champions du monde, 4 vice-champions du monde et 4 médailles de bronze, franchement cela nous fait plaisir d’avoir permis a ces algériens de concrétiser leurs rêves d’athlètes, c’est-à-dire d’arriver au plus haut niveau international. Notre souhait est de continuer dans cette lignée et de donner la chance a d’autre Algériens. Toute la délégation était motivée, on a réussi a créer un groupe solidaire, le fait d’avoir créé une dynamique de groupe motive toute la délégation a cherché la victoire, avec une bonne préparation, ce sont les clés de cette réussite.

Comment a réagi l’état algérien après vos nombreuses victoires ?

Pour l’instant nous n’avons pas été reçus par le gouvernement car, ils ont été au courant un peu tard, le temps de recevoir les rapports officiels des résultats des championnats du monde, mais nous espérons être très prochainement reçus par le ministre, ou le directeur chargé du haut niveau afin de lui présenter tous les athlètes qui ont porté fièrement les couleurs de l’Algérie. Mais je pense que nous aurons leur soutien pour continuer notre action auprès de la jeunesse algérienne. Notre souhait aujourd’hui, serait que l’on nous reconnaisse en tant que Fédération Algérienne de Savate Boxe Française au sein du gouvernement, ou du moins du ministère de la jeunesse et du sport. Nous souhaitons que le gouvernement nous aide car nous sommes ambitieux et avons pas mal de projet pour cette jeunesse et jeunes espoirs algérien.

Lorsque l’on voit les résultats des boxeurs algériens au JO, on porte peu d’espoir dans le sport algérien. Que faut-il changer à votre avis ?

Au contraire le sport en Algérie est un grand espoir pour notre jeunesse, il se développe, mais il ne faut pas prendre comme exemple uniquement les résultats des JO de Londres 2012, car il ne reflètent pas tout le sport algérien. C’est déjà bien que l’Algérie soit autant représentée a ces JO (une délégation de 39 athlètes), certes on recule par rapport à Pékin, mais nous avons une médaille d’or en athlétisme (1500m). Les chances de médailles algériennes reposaient notamment sur la boxe, en effet, aucun boxeur algérien n’est parvenu à atteindre les ½ finales de la compétition, synonyme d’une médaille de bronze, mais cela n’explique pas à lui seul l’échec consommé du noble art algérien, ils ont fait ce qu’il fallait faire, mais des facteurs extérieurs qu’on ne peut pas maîtriser à l’instar de l’arbitrage  quiont été fatals pour nous. Les athlètes algériens ont besoin d’une réelle prise en charge et d’un travail à long terme pour arriver à rivaliser avec le niveau international. La première est que les résultats ne s’obtiennent pas par des actions à court terme, cela ne nous a jamais mené loin. Tant au niveau des instances fédérales qu’à celui des clubs, seul un travail continu et à long terme permet l’obtention de résultats positifs. L’investissement le plus sérieux doit se faire avec les jeunes qui sont la relève dans leurs catégories respectives. Il manque la relève, il y avait une déperdition de cadres nationaux, de nombreux entraîneurs de valeur ayant choisi d’aller exercer à l’étranger où ils sont mieux payés. Il y avait une absence totale de centres de préparation au profit de l’élite nationale.

Quel avenir pour votre fédération algérienne de boxe française ?

La Fédération Algérienne de Savate Boxe Française a un avenir prometteur devant elle, de plus nous travaillons tous ensemble pour que les couleurs de l’Algérie soit portée au plus haut niveau et nous l’avons prouvé lors de notre première participation au championnat du monde 2012 en Bulgarie. Maintenant cela ne dépend pas uniquement de nous, mais du gouvernement plus encore du ministre de la jeunesse et du sport algérien de nous aider a promouvoir cette discipline, car nous avons des compétions en vue telles que les championnats d’Afrique à Yaoundé au Cameroun en décembre 2012, championnat du monde à Clermont Ferrand en France en juin 2013, ainsi que les sports games à Saint Petersbourg en Russie en octobre 2013. Notre souhait est de développer cette discipline auprès des jeunes, qui seront la relève, cette fédération dont l’activité sportive constituent un élément important de l’éducation, de la culture, de l’intégration et de la vie/sociale. Si nous avons un accord favorable, et que le gouvernement algérien reconnaît notre fédération, cet agrément nous donnera le feu vert de la promotion et développement de savate en Algérie, dont les missions seront : donner la possibilité aux jeunes de faire du sport créer des structures, clubs à proximité des familles. Faire de la savate boxe française un enjeu éducatif, et d’insertion sociale. Préparer la relève, créer de l’emploi, mettre en place des compétions nationales et internationales ayant un impact positif pour le sport algérien organiser et de promouvoir la pratique de la disciplines. A cet égard, il convient de souligner l’importance de « l’effet levier » qui résulte de l’action de l’Etat dans la définition et l’application des politiques sportives maintenir et améliorer le rang de l’Algérie dans le classement mondial des nations sportives.

Découvrir les athlètes algériens de l’équipe de boxe française savate

Article précédentEnfin une bonne nouvelle : Le crédit immobilier est en plein boom ! par Hassan Haddouche
Article suivantFrance : Delanoë interrompt le Conseil de Paris pour une fête juive