S’il est vrai qu’Air Algérie n’excelle pas dans l’art du timing ni de celui des tarifs appliqués à sa clientèle, insupportablement élevés depuis toujours, il est néanmoins utile de donner quelques indications de l’atmosphère de cohue qui règne dans la plupart des grands aéroports du monde en ces périodes de grands rush, sans pour autant disculper les dirigeants de notre compagnie aérienne de leur part de responsabilité concernant les diverses anomalies et autres incidents rapportés par la presse ces derniers jours. Petit témoignage.

Samedi 9 août, New-York; un laconique email nous apprend que le vol de connexion retour, Londres- Bruxelles, prévu pour le lendemain 14h30, est annulé, nous invitant, pour de plus amples informations, à contacter British Airways. Suite à de simples tractations au téléphone, on nous réserve des places sur le vol suivant, prévu à 16h30. Après tout, 2h de retard sur le planning, ce n’est pas si grave que cela! Malheureusement, les choses ne se limitent pas à ce contretemps.

Passées les formalités de contrôles à l’Aéroport JFK, un retard sur le vol vers Londres, initialement prévu à…

Lire la suite sur Le Matin.

Article précédentReprise des violences au Nord du Mali
Article suivantRevue de presse. L’insécurité aux frontières et la coordination au sommet de l’État algérien