huile de table

Algérie Commerce: Le responsable du complexe « Covid » de production de huile brut a déclaré que le déséquilibre dans la répartition de la matière première n’est pas dû aux performances des producteurs d’huile de table.

Le même responsable, tout en recevant une délégation parlementaire de la commission des affaires économiques, du développement, de l’industrie et du commerce de l’Assemblée populaire nationale, a expliqué que la capacité de l’unité à couvrir la production nationale est de 22%.

Dans le contexte de la visite de la délégation dans un camp pour connaître les causes de la crise de rareté de certaines denrées alimentaires de base, hier, lundi, le chef du complexe « Covid » a révélé qu’environ 200 à 220 tonnes de pétrole brut sont en cours de production. par jour à l’heure actuelle.

La quantité, selon les estimations du même responsable, atteindra 360 tonnes jusqu’à 400 tonnes par jour, à partir de la mi-janvier.

 Le même responsable a révélé que cette substance est commercialisée auprès des complexes « Sim », « Laball » et « Al-Afya », expliquant qu’un accord sera passé à l’avenir avec les agriculteurs pour acheter des graines oléagineuses afin de les inciter à pratiquer cette activité.

Il est à noter que le complexe « Covid » a démarré son activité fin juillet 2021, avec une capacité de production de 2 000 tonnes par jour si l’unité est pleinement opérationnelle.

Le ministre du Commerce, Kamal Rezik, avait précédemment confirmé que l’huile est disponible comme tous les autres produits de consommation.

Le même ministre a expliqué que la récente crise a été causée par la spéculation, le monopole, les fausses nouvelles et les illusions propagées par divers médias sociaux.

Rezik a révélé que la valeur financière de la subvention pétrolière s’élevait à 40 milliards de dinars, soit l’équivalent de 4 mille milliards de centimes, et était dirigée vers les négociants dans le domaine de sa production à titre de compensation.