Les résultats d’Emirates s’envolent en 2012

0
Advertisement

Emirates semble ne plus s’arrêter dans sa course. La compagnie aérienne qui ne cesse de se développer dans le monde, affiche encore cette année un bilan positif.

La compagnie émiratie ne connaît pas la crise. Elle a dégagé en 2012 un profit net de 3,1 milliards de dirhams émiratis (845 millions de dollars), soit une augmentation de 34% par rapport à l’année précédente, affirme cette dernière dans un communiqué. « Le chiffre d’affaires a atteint 77,5 milliards de dirhams émiratis (21 milliards de dollars) soit une augmentation de 17 % par rapport au résultat de l’exercice précédent » précise la compagnie aérienne.

Emirates qui a encore ajouté des destinations à sa zone de desserte semble récolter les fruits de ses investissements. Elle a d’ailleurs, en février 2013, mis en place une liaison Alger-Dubaï qui a rencontré dès les premiers mois un franc succès. Emirates est fier d’ « un nombre record de 39,4  millions de passagers (soit +16%), Emirates a consolidé  son  taux  d’occupation, atteignant   80% et est resté en cohérence  avec   les   résultats   de   l’exercice   précédent.   Avec  une augmentation  de  18%  de  sa  capacité  ASKM  (sièges‐kilomètres  disponibles),  ces  résultats  soulignent  l’envie  des  voyageurs  de  voler  à  bord  de  la  flotte  aux  standards d’ Emirates », précise Sheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président et Directeur exécutif d’Emirates Airlines et du Groupe Emirates.

Pour la compagnie aérienne, ces résultats n’ont pas de secret : c’est grâce à l’investissement, notamment dans les services à bord ou encore le renouvellement régulier de leur flotte. Emirates qui a décidé de tout miser sur le haut de gamme, semble convaincre les voyageurs. «Cette  politique investissement s’est traduit par un accroissement de la clientèle et une augmentation de la notoriété de la marque au niveau mondial. Chaque dirham que nous gagnons est stratégiquement réinvestit  dans notre entreprise et c’est cette persévérance qui a permis au Groupe de maintenir cette rentabilité forte et qui continue malgré une conjoncture difficile», indique le Sheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum.

Article précédentDes imams algériens se forment aux lois de la République française
Article suivantCes courants religieux qui inquiètent l’Algérie